messagebox_warning

Ce blog  est maintenant à l’arrêt après de bons et loyaux services !

Il préserve les ressources qui ne seront pas migrées dans sa nouvelle version :

http://coraia.reseaumednum.fr

Fév 032013
 

CoRAIA a été invitée à participer à la rencontre organisée par ARSENIC “open data et citoyens: les réponses de la médiation numérique”. Nous avons donc passé la frontière de Rhône-Alpes pour nous rendre à Aix-en-Provence. La “délégation” Rhône-Alpes, a ainsi co-voituré et a été représenté par la Loire, l’Isère, le Rhône et la Drôme. Nous avons retrouvé un représentant de la Haute-Savoie, une fois sur place!

Accueilli par un soleil radieux, la journée s’est ouverte par un accueil très chaleureux. Régionale à portée nationale, cette rencontre présentait un programme riche et ambitieux avec des intervenants de très haute qualité (DUI, OSM France, têtes de réseaux, FING…) dont l’intervention remarquée de Valérie PEUGEOT qui a ouvert cette rencontre .

Bernard Benhamou (Délégué aux usages de l’Internet) ne pouvant pas être présent a adressé un message vidéo aux participants de cet évènement et plus largement aux acteurs des EPN et de l’accompagnement de l’accès de tous à l’Internet qui dresse les contours, les enjeux et les pistes d’actions sur cette thématique données publiques et espaces publics numériques (EPN) :

A l’issue des débats, voici quelques constatations et réflexions:

L’openData est un concept qui peut sembler difficile à appréhender notamment :

  • par le manque d’applications concrètes issues de l’ouverture des données,
  • par le manque de formation des médiateurs numériques (et des intermédiaires)
  • par le manque de culture de la donnée dans la population en général
  • par le manque de données effectivement disponibles mais aussi par leur faible qualité

Mouvement suscitant l’enthousiasme collectif auparavant, il entre dans une phase de prise de recul, de “baby blues”. Alors que les discours d’antan nous promettaient transparence, participation citoyenne et innovation sociale, il est nécessaire de comprendre que la donnée n’est que le fruit de la construction sociale, et qu’il ne faut pas tout attendre de la donnée et rendre son épaisseur à la citoyenneté. La donnée et son exploitation peuvent cependant permettre de passer de l’opinion au jugement, du ressenti au factuel et participer à la construction d’un raisonnement sur un problème particulier.

L’open Data révèle le besoin d’une nouvelle médiation à la fois culturelle et numérique. Mais, pour permettre son appropriation par le citoyen il est nécessaire de partir d’un projet de vie, pour lui donner du sens: on ne fait pas de l’Open data pour faire de l’Open data

Quelques pistes d’action :

  •  Travailler à l’émergence d’une culture de la donnée auprès des citoyens et des intérmediaires (journalistes…)
  • Intégrer les notions fondamentales de sémiologie visuelle (en y intégrant les aspects concernant la lecture, la mise en forme, les partis pris…
  • Travailler en étroite relation avec des spécialistes (environnement, économie, transports…)
  • Diffuser les bonnes pratiques et les méthodes dans les réseaux existants (ONG par exemple)
  • Organiser des manifestations pour la production de données par les citoyens (carto-parties, équipement de capteurs…)

Il est nécessaire de faire preuve de pédagogie et de ne pas utiliser des termes trop spécifique (open data). Si une collectivité libère ses données, en profiter pour organiser des rencontres et ateliers à ce sujet auprès des usagers.

Selon Charles Nepote (FING) la principale question à se poser est : Quel projet de société souhaitons nous bâtir? La capacitation du plus grand nombre ou donner du pouvoir à ceux qui en ont déjà? Créer un écosystème riche et ouvert ou en faire une affaire d’initié?

Le concept d’infolab, en cours de développement par la Fing est un dispositif de médiation entre les besoins des acteurs et la donnée, il sera expérimenté sur trois territoires.

L’OpenData et le rôle des EPN soulèvent de nombreuses questions ; la formation, la pédagogie, la vie privée, la culture numérique…

Ceci reste un chantier ouvert que nous nous devons de nous approprier, et nécessite des échanges suivis avec les autres réseaux d’EPN, notamment PACA.

Nous tenons à remercier ARSENIC pour l’organisation de cette journée et son accueil sans faille.

Les supports, photos et synthèses sont désormais en ligne (en attendant les vidéos).

 

Jan 142013
 

Guy Fréry, Garlann Nizon, Guy Pastre et Daniel Suszwalak

 

Les EPN (Espaces Numériques de l’Ardèche) ne sont pas que des lieux où chacun peut se connecter à internet. Ils accueillent également divers ateliers : MAO (Musique Assistée par Ordinateur), Sport numérique, photographie… autant de projets montés par des animateurs motivés. Deux fois par an, ces derniers se réunissent pour échanger leurs idées, faire un point sur l’évolution des pratiques, la fréquentation… Leur dernière réunion a eu lieu le 20 novembre, dans les locaux des Inforoutes, à Privas, et elle était riche en projets.

Sommaire

  • Bilan de fréquentation
  • Clients légers
  • Serveur de filtrage
  • Génépi
  • Actualités CoRAIA
  • Appel à projet de la région : accessibilité numérique
  • Cartopartie
  • Pass numérique
  • Le B2i adulte
  • Distribution de livrets informatifs
  • Informations diverses
  • 5 ateliers d’EPN

La fréquentation

Rappel : Depuis 2004, les statistiques de fréquentation des centres multimédias ardéchois sont suivies de façon régulière. Depuis 2009, deux calculs des statistiques sont faits : un avec les statistiques du centre multimédia de Meysse et un sans. Le second calcul est le plus représentatif, il met à part l’importante fréquentation du centre de Meysse par les scolaires qui fait considérablement varier la moyenne de fréquentation des centres.

Le rythme de fréquentation des centres multimédias est sensiblement le même qu’il y a 5 ou 6 ans, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2010. Alors que la fréquentation était à la baisse depuis 2007, les centres multimédias attirent à nouveau du public. Les statistiques prennent en compte deux nouveaux points : le centre socio-culturel de St Agrève et la bibliothèque d’Annonay.

A noter : une forte progression des centres de Thueyts et d’Alboussière. L’accueil du public scolaire s’élève dans les centres ardéchois à 15 % ( mais à 25 % si on inclut celui de Meysse, qui accueille beaucoup de scolaire). Le libre accès reste une des raisons principales de la venue au centre : plus de 50 %, l’accès sur réservation : 25 %.

Plus de chiffres avec le Baromètre de la région Voir les chiffres des années précédentes

La problématique de la fréquentation reste toujours d’actualité et les animateurs cherchent et proposent toujours de nouvelles activités afin de coller aux besoins du public.

Les clients légers : la version 2.0 arrive

Les clients légers sont des ordinateurs qui permettent uniquement de naviguer sur le net. Le principe a plu à plusieurs centres multimédias. Mais pour certains, ces ordinateurs sont encore trop longs à démarrer et l’impossibilité d’imprimer est un frein à leur utilisation. Le SIVU travaille encore sur les paramétrages afin d’améliorer ces points. Le client-léger 2.0 se connectera au serveur et c’est ce dernier qui travaillera, résolvant les difficultés soulevées.

Serveur de filtrage : du négatif et du positif

Plus de centres sont équipés de ce filtrage, qui fonctionne bien. Il a été installé afin d’être en conformité avec la loi. Ainsi, cet outil de filtrage protège la jeunesse et enregistre les connexions pendant un an et un jour. Il reste le problème des machines amenées par les usagers, dont les paramètres doivent être modifiés pour la connexion. Les animateurs doivent alors reconfigurer les tablettes, portables et autres afin que les usagers retrouvent les mêmes paramètres que lors de leur arrivée. Il s’agit d’une petite manipulation qui prend du temps et qui peut paraître contraignante pour les animateurs.

Genépi : l’expérience des centres test

Garlann Nizon rappelle que Genépi est un outil de gestion des EPN (usagers, facturation) . Guy Fréry aurait souhaité également que ce soit un outil de statistique précis de fréquentation des centres, mais il semble difficile de l’imposer dans chaque centre, puisque nombreux sont ceux qui disposent aujourd’hui de leurs propres outils. Sa généralisation sur les centres est donc encore à l’étude et les développements sont en cours financés par le Pôle-Numérique et le SIVU

Actualités riches pour CORAIA

CoRAIA travaille sur sa prochaine convention, dont la structuration va être beaucoup plus formelle. Elle portera encore davantage l’internet accompagné en région, et sera aussi davantage présente au niveau national. Les prochains RDV à retenir :
- 3 et 4 décembre, Forum Interconnectés de Lyon : CoRAIA sera de nouveau présent et grâce à son travail, les EPN y sont de plus en plus représentés.

- 10 décembre, Rencontre du réseau, à Grenoble : où il y sera notamment posé une réflexion sur la suite à donner aux rencontres d’Autrans.

- Rencontres d’Autrans : ce sont les plus vieilles de France, qui étaient financées par la région Rhône-Alpes, sur les usages de l’internet accompagné… En 2013, ces rencontres n’auront pas lieu, faute d’un public nombreux. « Il y a un enjeu de garder une telle initiative dans notre région. S’il y a une mobilisation des acteurs de l’internet accompagné, alors il sera possible de financer à nouveau ces rencontres » précise Guy Pastre.

- 14 décembre, Journée CRDSU ( Centre de ressources et d’échanges pour le développement social et urbain), Aix-les-Bains. Au programme : les enjeux du numérique dans les quartiers populaires. Leur numéro « Les cahiers du développement social urbain » est en partie consultable en ligne sur : http://www.crdsu.org/c__9_237_Publi…

22 et 26 janvier 2013, Scène nationale Lux à Valence : Festival émergences sur l’image, le numérique… L’an dernier, le festival portait sur les jeux vidéos. En parallèle auront lieu les Assises Régionales de l’éducation aux média, les 22 et 23 janvier. CoRAIA y organise au niveau régional une journée de formation, où deux artistes proposeront des ateliers aux animateurs qui pourront à leur tour les retransmettre dans leurs EPN.

Initiative d’une exposition d’art numérique dans les EPN Drôme-Ardèche. Il s’agit de l’exposition itinérante d’une dizaine d’artistes. Ils lancent un appel au volontariat pour les accueillir. L’exposition s’arrêtera en juillet 2013 à Saint-Nazaire-le-Désert pour le festival « Désert Numérique ».

Samedi 24 novembre : des EPN seront présents au colloque européen des universités populaires, à Valence.

Appels à projets de la région : accessibilité numérique

L’appel à projet de la région (plus d’infos : http://www.coraia.org/?p=2421) s’arrête le 3 décembre et CoRAIA relance les EPN ardéchois sur ce sujet. Le public handicapé a besoin du numérique car il s’agit bien souvent de personnes isolées. Plusieurs EPN ont commencé la réflexion grâce à des associations, comme l’APF à La Voulte, ou Handisport à Guilherand-Granges. Certains animateurs ne sont pas confrontés à ce public, mais CoRAIA pense que travailler en partenariat avec de telles associations ou faire la démarche d’accessibilité permettrait d’informer ce public qu’ils peuvent venir dans les EPN. L’année 2013 sera l’année de la lutte contre l’illettrisme et cela pourrait rentrer dans des projets d’EPN. L’aménagement des locaux (rampe d’accès, WC…) ne rentre pas dans l’appel à projet ; au contraire de la formation à l’accompagnement, et les formations nécessaires lors de l’achat d’un logiciel spécifique.

Cartopartie

Il s’agit d’un projet au niveau régional d’organiser courant 2013 un partenariat entre EPN et écoles. Ces journées s’accompagneront de formation à tout animateur qui le souhaite.

Le pass numérique 

Présentation : Le Pass Numérique s’adressera à tout Rhônalpin désireux de développer ses compétences numériques de base. Imaginer la mise en œuvre de ce « Pass Numérique » est un chantier dans lequel les médiateurs numériques (au sens large) ont toute leur place.
Le projet de la région s’étend jusqu’à 2014, année où seront ouverts des appels à projets aux EPN désireux de s’associer à la démarche de la Région.
Une enquête a été diffusée par Formavia et, même si elle semble fastidieuse, il est important de la remplir afin d’avoir une image des compétences des médiateurs numériques et des urgences numériques. Cette enquête constitue un thermomètre de l’état actuel.

B2i adulte

Présentation : certification pour adulte pour garantir la maîtrise des concepts et fonctions de base d’un poste informatique. Le B2i s’appuie sur le parcours de l’individu et les compétences qu’il a mises en œuvre.
Les DAFCO (Délégations académiques à la formation continue) de la région ont affirmé que les animateurs des EPN pouvaient poser leur candidature pour être certificateurs du B2i. Il s’agit d’une reconnaissance de l’animateur, qui est considéré comme une personne capable de former et pas seulement sensibiliser. Garlann Nizon précise que ce B2i est un préalable pour les entrées en formation agricole, il y a donc bien un public.
CoRAIA avance l’idée que chaque animateur devrait passer ce B2i, afin de connaître les modalités de passage notamment. Or certains ont déjà passé le PCIE (Passeport de Compétences Informatique Européen) qui était déjà d’un niveau élevé. Ils ne voient donc pas l’intérêt de repasser un autre diplôme.

Lire la suite sur le site des inforoutes

 

Oct 162012
 

Maj 6 dec 2012 L’appel à projets est clos, 13 dossiers d’EPN ont été déposés.

L’appel à projets « Accessibilité numérique des lieux publics d’accès à Internet » est  issue de l’orientation 2 « solidarité numérique de la stratégie Rhône-Alpes Numérique »

Les constats

Les personnes handicapées sont à la fois les personnes à même de profiter le plus d’un plein accès aux outils, réseaux et usages du numérique, et celles qui s’en trouvent le plus «éloignées » : inadaptation des interfaces, inadéquation des contenus, accompagnements insuffisamment accessibles. Afin de pouvoir jouer pleinement leur rôle d’accompagnateur dans le développement d’usages appropriés, les structures d’accès public à Internet doivent voir améliorer leur capacité d’accueil et d’accompagnement adaptés.

L’appel à projets

C’est pourquoi la Région Rhône-Alpes lance un appel à projets afin que les EPN de Rhône-Alpes puissent rendre leurs activités, services et ressources numériques accessibles à tout type de public, quelles que soient les situations de handicap rencontrées.
Les projets retenus bénéficieront d’une aide pouvant couvrir jusqu’à 100% des dépenses d’investissement en lien avec leur projet d’accessibilité numérique.
La notion de projet est primordiale, en effet ne seront elligibles que les demandes concevant la chaîne de l’accessibilité dans son ensemble : accueil et accompagnement des publics, matériels, aménagement de l’espace, interfaces, contenus, pédagogies…

Les modalités

Les dossiers de candidature et le règlement sont à télécharger à partir du 15 octobre 2012 sur le site Internet de la Région Rhône-Alpes http://www.solidnum.rhonealpes.fr. L’appel à projets est ouvert jusqu’au 3 décembre 2012.

Une assistance à maîtrise d’ouvrage est là afin d’aider la Région à :

  • produire les ressources nécessaires aux EPN souhaitant répondre à l’appel à projets,
  • identifier et accompagner ces structures,
  • capitaliser sur cette première vague pour éventuellement la reproduire.

Pour consulter et télécharger le dossier complet :
http://www.solidnum.rhonealpes.fr/spip.php?article24

Juil 182012
 

Du 10 au 13 juillet 2012, se tenait à Brest le 5ème Forum des Usages Coopératifs. Le contenu produit lors du forum peut être retrouvé à travers ces divers liens.

Tiers-Lieu éphémère

La délégation Rhône Alpine, représentée par environ 15 personnes de ses divers départements, était présente dès le 9 juillet afin de prendre place dans le FabLab/HackerSpace du forum, ainsi que de mettre en place le Tiers-lieu éphémère. Le matériel était mis à disposition par l’association Zoomacom. Tiers-lieu éphémère, dans lequel sont passés, ou restés plus ou moins longtemps, les participants. Une table, des chaises, des fauteuils, du café, un espace convivial, une décor sympathique à base de recyclage et presque accessoirement, des terminaux connectés. Le lieu de vie ainsi mis en œuvre correspondait bien à la définition originelle du Tiers-lieu proposée par Marie D. Martel.


Réalisé par nos soins – Musique Tim Blume

Dévoilons un secret, c’est même dans ce Tiers lieu éphémère qu’est née l’idée de BrefMedNum, et là même également qu’elle a pris forme techniquement. Le Tiers-lieu, un espace d’incubation ? Vous en doutiez ?
Pour ceux qui sont passés à coté, l’humour était de mise, par l’intermédiaire de Paul Mulot (@BrefMedNum), personnage fictif qui centralisait sur son profil SoundCloud quelques brèves aventures d’animateurs multimédia. La plateforme est évidemment ouverte et n’attend que vos contributions!

Conférences et ateliers

Sur un mode plus traditionnel mais non moins intéressant, les conférences plénières démarraient la journée dès 9h, comme par exemple La généalogie de l’Internet ou une (très) vieille histoire de signes par Clarisse Herrenschmidt, qui entre autre comparait l’apparition de l’écriture à celle d’Internet. Plus facile dans ce cas de comprendre (et faire comprendre) que si tout le monde n’a pas appris à écrire en même temps, les illettrés du web ont bien besoin d’accompagnement.

Puisque nous allons travailler de manière coopérative, autant comprendre comment ; La journée se poursuit avec des ateliers comme celui de La coopération en 25 mots clés, suivi de Pratiques collaboratives au sein de très grands groupes. L’occasion lors du premier de profiter des expériences et analyses de Jean Michel Cornu, qui a beaucoup étudié la question, et lors du deuxième de rencontrer et de tenter de comprendre le fonctionnement des communautés de travail coopératif de très grands réseaux comme OpenStreetMap ou Wikipedia. Les problématiques sont évidemment tout autres que celle d’un réseau régional, et de l’aveu de certains il est difficile d’expliquer pourquoi ça fonctionne. Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait.

Témoignage

Parmi le nombre impressionnant d’ateliers proposés au forum, celui de Médiation numérique et inclusion sociale posait une question presque intrigante : “Et en face, qu’en retirent les bénéficiaires ?” Évidemment, on a peut-être tous l’impression de le savoir…

Nous avons alors pu écouter les expériences de plusieurs … usagers ? publics ? bénéficiaires ? Bref, des gens qui sont en face. Parmi eux, le témoignage touchant et encourageant de Ayoub Adi, 23 ans.

Passionné de graphisme dès l’âge de 5 ans, il découvre la création numérique avec un logiciel de retouche photo bien connu. Tuning virtuel, affiches pour “ses potes rapeurs”. Malgré le souhait d’exercer sa passion, les obstacles se succèdent : conseillers d’orientation moyennement professionnels, gens du milieu décourageants, organismes de formation hors de prix.
Le désespoir s’accroit après une tentative de freelance, un book “pas montrable”.
Un jour appelé par une connaissance, il apprend l’existence d’une association appelée Le Tremplin Numérique.
De fil en aiguille, ayant accès à du matériel et à un réseau bienveillant, il exerce sa passion, se forme à d’autres pratiques : photo, vidéo, graphisme et autre effets spéciaux. Il devient ensuite collaborateur de l’association.

Certes le parcours n’est pas terminé, mais au moins il a commencé. Ayoub attribue ceci au hasard, mais cette expérience montre que l’association Le Tremplin Numérique a exercé sa véritable connaissance de son territoire, de son réseau local, de ses personnes relais.
En tant qu’EPN, allons lancer des cordes là où l’ascenseur social est en panne. Les envies y existent. Ayoub se sent maintenant lui même médiateur, voire propulseur, en tendant les cordes à “ses potes”, qui ont le choix de les attraper, ou pas.
Ce jour là, pas de “mauvais” retours d’expériences. Ce n’était pas vraiment le sujet, mais il serait intéressant d’entendre ceux pour qui ça ne marche pas.

Feedback

L’édition 2012 du Forum de Brest a su rassembler quelque 400 participants, avec un contenu dépassant de loin ce que peut suivre un simple individu (en moyenne 6 ateliers en parallèle en permanence), rejoignant ainsi sa logique de travail coopératif.
Paradoxe spatial, le réseau EPNisère s’est élargi de quelques acteurs de terrain du département. Il fallait bien un millier de kilomètres pour se rencontrer…

Juil 112012
 

Une pause sous le soleil ardéchoisVoilà c’est fait, la 9° rencontre régionale de CoRAIA s’est tenue avec succès les jeudi 21 et vendredi 22 juin 2012 à Annonay(07).

Au final la météo aura été clémente pour accueillir dans de bonnes conditions les 100 personnes qui se sont succédées durant les 2 jours. . Comme nous le souhaitions nous avons donc pu bénéficier et profiter de l’environnement tout à fait sympathique du Château de Déomas.
Au passage nous saluons et remercions Emmanuel et la délégation du réseau des EPN du Grand Dijon que nous avons accueillie parmi nous avec beaucoup de plaisir une nouvelle fois.

Nous avons eu la chance (pour les lève-tôt) d’être accueilli par un décollage de montgolfières emmenant un orchestre dans sa nacelle : fête de la musique oblige !

De façon unanime, la qualité de l’accueil a été soulignée et au passage nous tenons à remercier , la municipalité d’Annonay pour nous avoir facilité l’accès et l’utilisation des locaux du Château.

Des remerciements chaleureux également à toute l’équipe des Inforoutes de l’Ardèche qui s’est véritablement “pliée en 4”  pour nous soulager au maximum des aspects de logistique tout en apportant sa contribution à la dynamique et au contenu de la rencontre.

Pour finir des remerciements particuliers aux animateurs ardéchois (et isérois) qui ont donné de leur temps pour faire la couverture “multi-médias”  de ce rendez-vous.

Comme d’habitude la convivialité a été de mise comme chacun a pu le constater (et le vivre) lors de la soirée “musique et jeux vidéos” du jeudi soir au GOLA que nous remercions également pour leur accueil.
Être hébergé dans un centre d’accueil collectif  avec des chambres à plusieurs lits (superposés !) a réveillé chez certains des souvenirs nostalgiques de centres de vacances, classes de découverte… et de 5ème repas !

Concernant, le déroulement de ces 2 jours et le programme riche (et toujours ambitieux), force est de constater qu’il aura suscité des échanges, des débats, des confrontations de point de vue et de convictions durant les temps formels et informels.

Cette rencontre avait pour ambition de permettre aux participants de se mettre à niveau et se cultiver collectivement sur des thématiques, des projets et des préoccupations qui concernent les EPN aujourd’hui et dans un avenir proche.
Ces deux journées ont été riches et il est maintenant nécessaire d’assurer la continuité de la dynamique afin de construire ensemble l’avenir de la médiation numérique, d’en dégager les chantiers futurs et prioritaires.

A souligner également que les échanges sur les questions plus “philosophique” comme l’éducation, l’éducation populaire, la médiation numérique, l’avenir des EPN ,…  ont permis à chacun de constater les limites d’une approche consensuelle dans des domaines où l’engagement et les partis pris sont omniprésents, c’est pourquoi chacun est repartit avec un léger sentiment de frustration, garantie nécessaire au maintient de la “dynamique réflexive”.

Merci à tous pour vos contributions à la réussite de cette 9ème rencontre régionale CoRAIA

Retrouvez l’ensemble des synthèses et productions au fur et à mesure de leur mise en ligne : http://www.coraia.org/?p=2281

Ils parlent aussi de la rencontre

Juil 102012
 

Cet espace est dédié à la collecte des supports et autres ressources utilisés ou produits pendant les 2 journées de rencontre.
Il se complétera et prendra forme au fur et à mesure des mises en ligne.

***********************

Galeries photos et vidéos

Elle sont en cours de tri et de montage

Ils parlent aussi de la rencontre :

Jeudi 21 juin

* Matinée

 Ateliers thématiques simultanés

1) Qualifier l’individu dans les usages du numérique

Enfin d’avoir une lecture partagée et cohérente des chantiers et des enjeux autour de la qualification des acteurs et des publics, il est proposé d’aborder  2 portes d’entrée :

  • Celle de l’éco-système dans lequel se situe  l’individu dans ses différentes postures
  • Celle de l’accompagnement des acteurs pour un investissement de la dimension “médiation numérique”

a) Un éco-système à organiser et consolider

Guy Pastre à travers la lecture de la carte ci-dessous, nous a proposé d’explorer une première représentation de ce paysage interactif dans lequel sont identifiés de manière non exhaustive, les chantiers et actions en cours et à venir.

Il a insisté sur le fait que si l’on veut avancer sur l’axe “éducation et d’action éducative” avec, dans et sur le numérique, il y a nécessité de sortir des limites imposées par une neutralité bienveillante des discours et des positionnements (personnels, professionnels ou institutionnels).
En effet il est important que chacun puisse affirmer ses partis pris ses différences afin de passer outre ce sentiment que l’on tourne en rond et que l’on dit toujours les mêmes choses assez généraliste sur le sujet .
La démonstration est faite avec la définition que chacun peut donner à l’éducation qui est déjà empreinte de cadre philosophique, politique, du projet… dans lequel chacun agit.
Pour illustration dans sa présentation, Guy Pastre, pour aborder et décliner cet axe “éducation”, s’est donc appuyé sur l’approche de la m@ison de Grigny (document embarqué dans la carte également) .

Cette carte est une “wikimap” elle peut et doit être complétée , commentée, pour évoluer…
http://www.mindmeister.com/175480310

b)  Ateliers de réflexion au tour de la médiation numérique

En s’appuyant sur une partie des recommandations du Livre Blanc de la médiation Numérique (cf image),

les groupes devaient répondre à  3 questions :
1°) Dans quelle mesure ces missions contribuent à atteindre l’objectif
Développer les capacités des individus à agir dans/sur/avec leur environnement que ce soit en tant qu’individu, parent, citoyen,  professionnel…

  • Sous-entendu : Mais au fait, partage-t-on cet objectif ?

2°) Aujourd’hui où en sommes-nous vis-à-vis de ces missions ?

  • Quels sont les points d’amélioration identifiés ? (en se référant aux différents points du document)
  • Quelles sont les priorités ?

3°) Quel type d’accompagnement permettrait aux animateurs multimédia d’y parvenir ?

  • De la formation – Sur quels types de compétences ?
  • De l’accompagnement – Quels type de conseils ?
  • Des ressources – Sous quelles formes ?

Les participants ont été répartis en 4 groupes avec un temps de synthèse collective pour clore ce temps trés riche mais trop court et donc frustrant pour tout le monde. Télécharger la synthèse (pdf)

Ce temps préfigure de la dynamique qui doit être lancée au niveau régional pour l’appropriation par les EPN  du livre blanc de la Médiation Numérique à paraitre sous peu dans sa version définitive.

2)Atelier concernant la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)

Il s’agit d’un projet collectif des EPN Rhône-Alpes. Cet atelier a permis de faire le point avec les candidats en cours de démarche et d’entendre le témoignage des animateurs ayant obtenu leur certification. L’objectif de ce temps de travail était d’améliorer l’accompagnement collectif et d’imaginer l’animation du dispositif permettant d’assurer pour les candidats les meilleures conditions possibles de réussite. (voir le compte rendu complet)

* Aprés-midi

Interventions de la région Rhône-Alpes

1) Résultats de l’enquête menée ces dernières semaines auprès des usagers des EPN (voir l’article précédent la rencontre et prendre connaissance du questionnaire).

Les éléments de l’enquête seront bientôt disponibles, il s’agissait là d’un point d’étape dans le traitement des données recueillies.
Quelques chiffres retenus au passage

  • 152 EPN ont répondu
  • 50% des usagers n’ont pas le baccalauréat,
  • la moitié des usagers n’ont pas d’ordinateur portable,
  • 40% des usagers ont acheté un ordinateur suite à leur fréquentation des EPN,
  • les deux raisons principales de la venue des usagers dans des EPN sont : l’accès à internet avec accompagnement et la convivialité.

2) Présentation de la politique Rhône-Alpes Numérique (voir l’article précédent et télécharger le rapport complet)

Suite à ce rendu, Valérie FRANÇOIS et Cédric LAMBERT (Développement numérique – Direction des Politiques Territoriales – Région Rhône-Alpes) nous ont expliqué dans les grandes lignes la nouvelle politique régionaleRhône-Alpes Numérique” votée le 29 mars 2012.
Ils ont fait un un focus particulier sur l’orientation n°2 “Solidarité Numérique” qui concerne plus particulièrement les EPN et autres lieux de médiations, avec :

  • CoRAIA, les professionnels de l’internet accompagné et les formateurs/encadrants sont donc invités à participer à la construction de ce projet.
  • L’appel à projets “Accessibilité numérique des lieux publics d’accès à Internet” qui devrait être lancé en octobre 2012 que nous n’avons pas eu le temps de détailler.

Pour en savoir plus sur
– Le chantier “Pass Numérique” : http://www.coraia.org/?p=2404
– L’appel à projet “Accessibilité numérique” : http://www.coraia.org/?p=2421

Actualité des réseaux départementaux

5 réseaux de la Région sont venus présenter tour à tour les grands moments de l’année passée et les dates clés de l’année à venir (voir le prezi). Malheureusement, le temps étant compté, ce moment a du être écourté et les questions n’ont pu être soulevées, au grand regret de certains participants.

 

 Le traditionnel EPNCamp

En cours de synthèse

Vendredi 22 juin

* Matinée

Conférence : L’Education Populaire à l’heure du numérique

Conférence de Nathalie Boucher-Petrovic – maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13 .
Plus d’une heure de débat ont suivi son intervention.

Appel : Nous sommes preneur de notes que les uns et les autres auraient prises au moment du débat. Merci

* Aprés-midi

Groupes et ateliers thématiques

1) Temps d’acculturation commune sur  “l’Open Data”

L’introduction sur le vaste sujet des “data” par Christian Combier, a permis d’élargir la focale sur des enjeux qui vont au-delà de la “libération des données publiques”.

L’objectif était d’appuyer sur l’importance de la place que les EPN peuvent (doivent?) prendre concernant leur mission d’éducation et de sensibilisation sur la thématique. En effet il n’est pas difficile d’imaginer que leur rôle pourrait également intégrer celui de la collecte et la fabrication de données collectives à valeur ajoutée par les usagers.

Voici les supports sur lesquels Christian s’est appuyé lors de son intervention (ni filmée ni enregistrée malheureusement) :

* “L’Open Data à la loupe”  Le film (2 mn) a été réalisé par l’Association Libertic en partenariat avec Nantes Métropole, il est diffusé sous Licence Art Libre, chacun est libre de le réutiliser en citant la source.

* Une dernière ressource à consulter en ligne : Diaporama de présentation Opendata69 au Salon du Numérique – www2012

2) Répartition en groupes de travail

Rencontre des groupes thématiques régionaux existants

Ils se sont réunis profitant ainsi des rares moments de travail en présentiel :

  • Handicap et numérique
    Séance animée par Stéphanie Lucien-Brun.  En voici le compte-rendu : Atelier_Handicap_Annonay12 (pdf)
  • Jeux vidéo et EPN
    Cette séance même sil elle n’a pas permis au groupe d’avancer   comme il l’avait envisagé, a été l’occasion de faire une remise à niveau à des nouveaux participants tout en les invitant à rejoindre la dynamique collective de réflexion et production.

Lancement des groupes actés lors des ateliers de ces 2 jours

1) Ouverture des données et EPN
Première séance d’un groupe naissant animée par Guillaume Pénelon. Synthèse des grands points abordés Données ouvertes-Annonay2012 (pdf)

2) Modèles économiques et pérennisation des EPN

Pour répondre à la préoccupation, plus ou moins présente suivant les réseaux, de l’avenir et de l’évolution des EPN, il a été décidé de capitaliser et consolider au niveau régional les initiatives et réflexions autour de cette thématique.

Sachant l’hétérogénéité des structures, des territoires et des acteurs, il est évident pour tout le monde qu’il n’y pas de solutions et de démarches miracles, par contre il peut y voir une dynamique commune et une mobilisation collective.

Le paysage n’est  pas vierge puisque nous pouvons nous enrichir et/ou nous appuyer sur des initiatives et des réflexions déjà en cours :

  • Le groupe des EPI de la Drôme déjà mobilisés sur le sujet (à qui l’on doit l’initiative de l’atelier)
  • Le projet de recherche-action du Comptoir numérique de St Etienne , présenté lors de cette première rencontre par Yoann Duriaux
    (Cf Le diaporama utilisé lors du témoignage ci-dessous)
  • Le livre blanc de la Médiation numérique issu de la réflexion nationale sur l’évolution des EPN et  de leurs missions en abordant donc aussi cette question de la pérennisation et des modèles économiques.
    A noter pour mémoire que CoRAIA a déjà largement contribué à ces réflexions en participant avec 20 représentants aux Assises de la médiation Numérique d’Ajaccio.

Cette première séance de “calage” avait pour objectif d’essayer de définir  “l’objet commun” nécessaire à la mise en place du groupe.
La mise en tension des différents niveaux de préoccupation et des situations d’urgence de certaines structures a donné lieu à des échanges passionnés qui illustrent la nécessité :

  •  d’élargir au maximun le champ des possibles en terme d’évolution et de modèles économiques envisageables,
  • de prendre en compte la temporalité en travaillant sur la complémentarité entre l’hyperlocal, le départemental et le régional,
  • d’effectivement créer rapidement un espace et une dynamique d’expression, de partage, de collaboration et de co-construction.

Un espace en ligne collectif et coopératif dédié au groupe sera bientôt ligne. Nous vous en informerons prochainement.

A lire sur le blog du Réseau EPNIsère :
Le témoignage  d’Alexandre sur cette première rencontre  http://epnisere.org/?p=548

Le support de la présentation de Yoann Duriaux

Juil 092012
 

Le contenu de cet article n’est pas actualisé, il ne prend pas en compte l’évolution du dispositif . Toutes les informations sont en ligne sur un espace régional dédié http://www.solidnum.rhonealpes.fr/spip.php?rubrique44

Dans le cadre de la nouvelle politique régionaleRhône-Alpes Numérique” votée le 29 mars 2012 , l’orientation n°2 “Solidarité Numérique” concerne plus particulièrement les EPN et autres lieux de médiations, avec la mise en  place d’un “Pass citoyen Rhône-Alpes Numérique” ( nom temporaire “Pass Numérique”) .

Imaginer la mise en forme et en œuvre de ce “Pass Numérique” est un chantier dans lequel les médiateurs numériques (au sens large)  ont toute leur place.
CoRAIA, les professionnels de l’internet accompagné, les formateurs/encadrants et autres acteurs de la médiation numérique sont donc invités à apporter leurs contributions à ce projet.

Voici une synthèse d’étape des réflexions en cours présentée par la Région lors de la rencontre régionale d’Annonay.

A propos du “Pass Numérique”

Constat / Contexte

– 74% des Français sont équipés en ordinateurs, seuls 53% se disent « compétents » en la matière (rapport Fourgous, 2010), alors que dans le même temps, notre vie sociale, professionnelle est profondément impactée par la révolution numérique ;

– Il existe une forte corrélation entre l’accélération des usages du numérique et l’accroissement du fossé numérique (la « centrifugeuse numérique », en accélérant son mouvement, pousse certains éléments sur les bords) ;

– La RRA peut répondre aux priorités européennes de l’Agenda Numérique européen 2020 en améliorant les compétences numériques des citoyens ;

– Le réseau d’acteurs a été identifié, un maillage du territoire se met en place avec des têtes de réseau et une coordination régionale que la Région souhaite soutenir, autrement que par le biais de subventions ;

– Le travail mené avec les agglomérations dans le cadre des PUI (Projets urbains intégrés) + les Assises de la médiation numérique d’Ajaccio en 2011 + les réflexions des acteurs = ont montré le besoin de bâtir des ponts entre la médiation sociale et la médiation numérique. Les liens entre professionnels de la politique de la ville et médiateurs numérique, par exemple, sont ténus voire inexistants (cf Cahiers du DSU). Pourtant, ils agissent auprès des mêmes publics.

Quels publics vise le Pass Numérique ?

– Le Pass Numérique s’adresse à tout Rhônalpin désireux de développer ses compétences numériques de base. La première étape du Pass consiste en la mise en ligne d’un kit de sensibilisation sur le site internet de la Région. Son contenu sera élaboré à partir de l’existant en ce qui concerne les compétences techniques informatiques et Internet (PIM, PCIE, éléments du B2i…), et à partir des recherches des groupes de travail Coraia et Formavia concernant les compétences citoyennes et la culture numérique (identité, droits, citoyenneté…).

– Mais cela ne peut suffire pour les populations les plus éloignées du numérique. C’est pourquoi la deuxième étape sera articulée autour d’un partenariat étroit avec la politique de la formation tout au long de la vie, les structures de l’emploi, de l’insertion, d’aide aux personnes âgées, les structures partenaires de la politique de la ville, afin de toucher les publics n’ayant pas de formation diplômante initiale et évoluant loin des circuits de formation.

– Le Pass numérique pourrait être délivré collectivement, en fonction de projets déposés par des associations ou structures du champ éducatif, social, socio-professionnel (voir plus bas, point 3).

– Le Pass numérique n’est pas une certification. Il ne réinvente pas non plus les compétences ni les ressources, mais organise un parcours en fonction des besoins. Il se déploie en partenariat avec des structures sociales (MJC, insertion, emploi, personne âgée….) et doit être appréhendé comme “le 1er geste” dans le parcours numérique d’une personne, “un droit ouvert pour un type de public à se former dans un EPN avec des moyen financiers dédiés”.

Déploiement du Pass Numérique

1) Kit de sensibilisation au numérique

Modules accessibles à partir d’une plateforme en ligne : droits et citoyenneté, medias, démarches administratives, accès à l’information… le demandeur construit son parcours numérique en fonction de ses besoins. Des liens vers des ressources et sites en ligne sont également disponibles.

 2) Accompagnement personnalisé collectif

Le Pass numérique pourrait être délivré collectivement, en fonction de projets déposés par des EPN, associations ou structures du champ éducatif, social, socio-professionnel…

  • Ex.1 : une association du 3ème age souhaite réaliser un carnet de voyage suite au voyage de fin d’année. Elle se met en lien avec l’EPN le plus proche et une dizaine de pensionnaires valident certaines compétences numériques, qui seront identifiées dans leur pass Numérique.
  • Ex. 2 : une structure d’insertion souhaite monter un projet de quartier autour de l’éducation aux médias pour des femmes peu scolarisées, ou ayant des difficultés sociolinguistiques. Elle se rapproche de l’EPN pour leur faire valider certaines compétences numériques, qui seront identifiées dans leur pass Numérique.
  • Ex. 3 : un EPN reçoit plusieurs demandes individuelles, mais toutes en lien avec la recherche d’emploi. Il constitue un groupe (5 à 10 personnes) pour leur faire valider certaines compétences numériques, qui seront identifiées dans leur pass Numérique.

L’idée est de favoriser les passerelles entre médiations numérique et sociale, afin de permettre la montée en compétences numériques des publics, mais également des animateurs, de ces mêmes structures.

3) Les pistes ultérieures

– le bureau mobile (en ligne, sur une clé USB ?)

Ressources + parcours de formation = démarrage d’un e-portfolio.

L’idée est en effet de concevoir le Pass numérique comme une première base, l’EPN pouvant ensuite orienter l’usager vers une certification de type B2i, Passeport de Compétence Internet Européen (PCIE), un Certificat de Navigation sur Internet (CNI)…

– l’adresse électronique en @rhonealpes.fr

Comme marqueur institutionnel et pour proposer une adresse non commerciale

Chantiers 2012

  • Lancer un appel aux volontaires pour former le groupe de travail (identifier les personnes et structures ressources, Formavia, Coraia, ANCLI, autres) : 2 à 3 réunions d’ici fin 2012 + travail sur outil collaboratif (est-ce que le site Coraia suffit ? Faut-il rejoindre Formavia ?)
  • Trouver un nom au dispositif : passnumérique, PassNumérique, passeport « Citoyen numérique » ?
  • Est-t-il envisageable et pertinent d’imaginer la mise en place d’un formulaire de demande d’accompagnement personnalisé de 2h, « Je développe mes compétences numériques », délivrable dans les EPN et  qui serait téléchargeable sur le portail afin de bénéficier de 2 heures d’accompagnement dans un EPN ?
  • Définir les contenus du Pass à partir de l’existant (PIM, CNI, PCIE, contenus DUI…). L’objectif étant de valider les pré-requis selon critères PIM (EPN habilités) et d’orienter vers B2i si besoins de formation du demandeur.
  • Valider les propositions de déploiement
  • Recenser les ressources existantes
Juin 012012
 

Lors de la rencontre CoRAIA  des 21 et 22 juin, qui s’est tenue à Annonay, nous avons mené un atelier qui a permis de faire le point sur le projet collectif VAE.
Cet atelier a regroupé des candidats de la vague 1 ayant pour certains terminés et d’autres toujours en cours de démarche, ainsi que des candidats de la vague 2 au tout début du processus.

L’objet de cet atelier était d’imaginer les modalités d’animation et de coordination de la vague 2.

En voici le compte-rendu.

Retours d’expériences et témoignages des candidats de la 1er vague

La principale difficulté des candidats pour mener à bien une VAE est le temps à y consacrer, parfois sous-estimé au préalable. Certains ont fait le travail sur des temps personnels (congés, soirée, Week-end), et s’interrogent sur l’intérêt (en terme) de faire une VAE, plutôt qu’une formation en direct.

Certains diplômes requièrent un passage dans les 3 ans, d’autres n’ont pas de limite temporelle.

Nombreux sont les candidats qui estiment qu’il est quasiment impossible de mener à bien une VAE sur son lieu de travail. Cela demande donc un gros investissement personnel.

En terme d’accompagnement, les témoignages sont divers en fonction des accompagnateurs et diplômes présentés. Mais tous sont unanimes, la qualité de l’accompagnement est décisif.

Yassine affirme que les accompagnateurs n’ont pas à juger de la qualité et/ou de la durée de l’expérience professionnelle d’un candidat. Il est recevable ou pas. Les accompagnateurs ont parfois quelques difficultés à quitter leur posture de formateur.

Point sur la plateforme – FORMAVIA 

La plateforme a été sous-utilisée lors de la vague 1. Formavia et CoRAIA vont donc la ré-investir pour la vague 2. Pour ce faire, il est important que chaque candidat renseigne avec soin son profil et le mette à jour autant que de besoin. Cela permet des contacts et donc des échanges facilités. Un profil non mis à jour est vite considéré comme mort.

Formavia peut-être intéressant pour démarrer, savoir de quoi il s’agit. Le fait que les anciens candidats publient leur dossier peut aider les candidats de la vague 2. Ainsi, par exemple, 10 candidats ont été reçus lors de la vague 1 au diplôme BPJEPS. Il semble opportun de les encourager à mettre leur dossiers sur la plateforme pour inspirer les suivants. Il faut cependant une certaine masse critique de personnes pour effectivement créer une communauté suffisamment hétérogène et complémentaire pour que chacun y trouve son compte. On sait également que quelque soit le nombre d’inscrits dans ce genre de communauté c’est à peine 10% des utilisateurs qui participent (et 1% sont très actifs).

Une candidate au C2I2E témoigne que l’utilisation de la plateforme est bénéfique. En effet, il est enrichissant de demander de l’aide, de s’inspirer de ce que les autres font. Cela permet de voir que l’on est pas tout seul.
Aujourd’hui, tout le monde s’accorde sur le fait que la vie professionnelle se composera de plusieurs carrières. Il nécessaire de garder une trace de toutes nos expériences au delà d’un simple CV et formavia peut-être un bon moyen (logique de e-portfolio), plutôt que Google (la région gère, je peux gérer finement mes droits)

Point sur la vague 2 par Pascale MANN

  • 15 candidats recevables
  • 5 sur les titres professionnels de l’AFPA
  • 4 recevables sur des diplômes Jeunesse et Sport
  • 3 diplômes de l’Education Nationale
  • 2 à l’université

Certains candidats témoignent du fait qu’au début de la démarche, il est difficile de savoir ce qui est attendu. Or, les dossiers demandent un gros travail rédactionnel, s’il n’entre pas dans les attentes cela est très vite décourageant. Pour éviter trop de travail à refaire, il faut que les échanges avec l’accompagnateur soit réguliers et fluides et ne pas attendre de faire les regroupements.
Samuel témoigne qu’il faut vraiment détailler ses activités (Céline le rejoins sur ce point). Il ne faut pas se cantonner au plan ou penser que certaines tâches sont évidentes. Il n’y a pas d’évidence, il faut tout dire, expliquer. il faut savoir se regarder faire du vélo. Même dans l’hypothèse où ce qui a été produit une première fois est à retravailler, c’est une rédaction qui n’est pas perdue, et on arrive plus facilement à corriger son angle.

Les référentiels

Les référentiels sont difficilement compréhensibles.
C’est l’outil du jury, mais peu de l’accompagnateur, c’est très technique. Pour certain, cela a été un document ressource qui donne une idée de ce qui est attendu. Il faut différencier le référentiel de l’activité professionnelle qui est central pour la VAE du référentiel de certification pour la formation. C’est ce qui définit le diplôme.

Avenir de la VAE – EPN

C’est trop tard, mais il y reste 3 places ! Il n’y aura, à priori, pas de 3 ème vague. De prime abord, au vu des parcours et profils hétérogènes des personnels des EPN, une VAE collective ne semblait pas opportune. Or, grâce à cette action collective et ce projet régional les animateurs d’EPN ont pu s’engager dans une VAE : c’est un pari réussi, avec un taux de réussite important.

Le tour de table permet de montrer que les rythmes sont différents. L’accompagnement doit formaliser le travail, pour éviter que chacun reste isolé.

A RETENIR :

  • Nécessité de mettre les dossiers des candidats de la vague 1
  • Raconter son avancement sur le blog Formavia
  • Utiliser les outils de collaboration
  • Savoir si ce qu’on écrit est lu ou pas (vérifier les modes public/privé, voir les statistiques)
  • Programmer 3 dates : atelier d’écriture, en octobre / jan/fev et avril.

Se rendre sur la plateforme Formavia (espace dédié à la VAE vague 2)

Juil 092011
 

Après des périodes de doute, de stress et au regard de l’actualité chargée de cette fin juin, se sont tenus les 23 et 24 juin les 2 jours de notre rencontre régionale d’été, fruit d’un effort collectif  de circonstance…

Ce sont plus de 100 personnes qui ont investi l’Espace socio-culturel du Nélumbo dont l’activité habituelle a été mise en standby pour nous laisser profiter des possibilités “luxueuses” d’un tel équipement.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, nous avons eu une météo très favorable hormis un orage le mercredi soir au moment de la mise en place.

Voici un petit panorama de ces 2 jours avec leurs temps forts.

L’accueil

Nous ne pouvons que remercier l’équipe du Nélumbo pour la mise à disposition de leur structure.  Des remerciements particuliers revenant

  • au directeur de la structure, à la présidente de l’association.
  • et enfin à Stéphane Vierne l’animateur multimédia local et par ailleurs Président de l’association qui porte le réseau RaticeLoire.

L’hôte de cette rencontre sur le plan régional était bien sûr le réseau Ratice loire dont les membres ont pris une part active dans la préparation de cet évènement.

D’autre part, dans le cadre des 10 ans du réseau, nous avons été convié à une soirée “surprise” organisée et animée par les membres de RaticeLoire.

Matinée réseaux partenaires

Pour mémoire 3 rencontres étaient prévues autour :

les 3 groupes ont accueilli tous les participants présents qu’ils soient concernés directement ou soient venus voir de quoi il s’agissait. Ainsi ça été le cas pour l’atelier Educ Pop et celui du C2ICE pour lequel le groupe a dû être scindé en 2.

Merci à Jézabel, Olivia, Florian, François, Pauline et Christian pour leur part active dans la réussite de cette matinée qui s’est terminée autour d’un petit apéro sympa permettant ainsi aux membres des différents groupes de se croiser.

Pour la suite

  • Les liens vers les comptes-rendus et synthèses de ces différents temps concernant des projets spécifiques seront mis en ligne  via le wiki de CoRAIA.

Ateliers thématiques du jeudi AM

Ces ateliers avaient la double ambition de permettre :

  • aux acteurs des différents réseaux de se réunir et de réfléchir ensemble à différentes thématiques.
    Certaines avaient été identifiées comme pouvant faire partie de préoccupations communes aux champs des EPN, de la formation continue et de l’éducation populaire.
  • de mettre en lien les acteurs de la médiation numérique de Rhône-Alpes et en réflexion sur des thématiques qui seront abordées lors des assises de la médiation numérique à Ajaccio.

Les 6 groupes avaient pour mission de répondre, au filtre de leur thématique et du profil des participants, à 3 questions :

  • De votre place qu’attendriez-vous d’un EPN  ?
  • Quel accompagnement pour les acteurs et les publics ?
  • Du métier d’animateur au métier de médiateur numérique, quelles évolutions ?

L’ensemble des participants a joué le jeu, on a vu des groupes passer par différents états : passionné, studieux, réflexif, interrogatif, mais au final la synthèse a montré qu’ils ont tous été productifs.
A noter que la formalisation des échanges de l’atelier risque d’être un atelier en tant que tel pour certains animateurs de groupes… 🙂

Un 7° atelier “clandestin” s’est également tenu, il était animé par Florian Daniel de Formavia dans l’espace multimédia du Nélumbo. Il a rassemblé quelques personnes désireuses de mieux faire connaissance avec la plateforme collaborative elgg suite aux ateliers du matin.

Pour la suite

  1. La mise en ligne des productions est en cours, vous pouvez suivre et participer au chantier pour chaque thématique sur le wiki
  2. Un premier jet de synthèse sera travaillé, elle pourra être enrichie et complétée par qui le souhaite. Une page du wiki est prête à cet effet pour construire la contribution aux assises de la médiation numérique.

EPNCamp

Comme nous commençons à en avoir l’habitude, ce moment de partage de projets, d’expériences a été dynamique, convivial, organisé et mené de main de maitre par l’équipe du Comptoir Numérique.

Le sous-titre de cette année était de tester un” IDCAMP (idéesCamp)”. En effet vu le ton un peu prospectif donné par la préparation des assises de Corse, nous avons décidé de faire de même.
Ainsi il a été demandé aux 9 contributeurs volontaires de ne présenter que des projets en devenir pour les soumettre à avis, demander des ressources, des collaborations.

Les participants ont eu la possibilité de découvrir 3 ateliers sur les 9, frustrant certes, mais les échanges qui se sont poursuivis ensuite ont illustré la dynamique de convergence et de croisement de ce temps.

En conclusion, une virgule de convivialité et de détente dans une après-midi intense.

Pour la suite

  • Vu la particularité de ce temps, nous avons très peu de supports pouvant illustrer les échanges.
    Donc au minimum nous mettrons en ligne sur le wiki un résumé de chaque projet avec les coordonnées de son référent pour ceux qui voudraient les découvrir ou en savoir plus.

Conférence d’Aurélien Fouillet

“NTIC, réseaux sociaux, perspectives sociologiques et enjeux.”

Intervention attendue car c’était le seul moment d’apport pour enrichir notre culture professionnelle, collective et personnelle.
Intervention appréciée car accessible aux non initiés de la sociologie et faisant écho aux préoccupations actuelles traversant les réseaux et les acteurs du numérique.

Une présentation et des échanges riches et intéressants qui ont permis aussi à Aurélien de bien nous faire comprendre le point de vue du sociologue sur l’évolution de la société qu’il nous a présentée :
Je ne suis pas là pour dire que c’est bien ou mal…
En conclusion , il appartient bien à chacun de sa place, de son rôle  et avec ses propres valeurs,  de savoir s’il veut accompagner ces évolutions ou “entrer en résistance” pour essayer d’influencer le cours des choses…

Un grand merci à Aurélien qui a fait le déplacement spécialement et gracieusement de Paris pour partager ses réflexions et ses constats avec nous.

Pour la suite

  • L’intervention d’Aurélien Fouillet a été filmée, nous la mettrons en ligne dès que possible.
  • Le diaporama qu’il a utilisé est en ligne sur notre slideshare

Groupe thématiques régionaux

Le pari était osé de mettre ces ateliers en fin de ces 2 jours et juste après un temps de réflexion et de production. Il faut croire que le cru 2011 des participants était motivé puisque le défi a été relevé avec brio.

Au soleil à l’extérieur pour certains ou dans une salle  à l’intérieur, tous les groupes ont planché sur leur feuille de route pour l’année qui arrive.

Ce temps, qui avait pour objectif principal de re-dynamiser ce chantier permanent de la Coordination, a rempli sa mission. En effet tous les participants présents ont pu s’intégrer dans les groupes qu’ils soient existants ou en cours de démarrage comme la “culture et numérique” et “Le libre et Bien commun“.

Pour faciliter la visibilité de ces chantiers il a été décidé que la porte d’entrée officielle serait le wiki de la coordination.

Pour la suite

  • Les feuilles de route des différents groupes vont être réactualisées dans les jours qui viennent afin de permettre à ceux qui n’étaient pas présents de s’approprier ce qui a été construit lors de cette journée.

Et enfin

Bilan de la rencontre

Pour tirer la “substantifique moelle” de ces 2 jours, nous invitons les participants présents à compléter le formulaire en ligne sur ce blog

Espaces à repérer

Ils en parlent aussi

Liens vers des articles parlant de la rencontre , n’hésitez pas à nous les faire passer au fur et à mesure !

Et merci à Raticeloire et à la Loire pour leur accueil

Déc 302010
 

Le jeudi 3 décembre, comme convenu, s’est tenue la 6 ème rencontre régionale à Voreppe (38) et ce malgré des conditions climatiques hivernales dues à d’importantes chutes de neige.

Sur les cinquante personnes inscrites, seule une trentaine a pu faire le déplacement, notamment depuis la Haute-Savoie et l’Ardèche.
Au regard du renforcement des chutes de neige dans le courant de l’après-midi, la rencontre s’est finie à 16h00 afin de permettre à chacun de rentrer !

La rencontre s’est déroulée dans les spacieux locaux de la Mairie et Laurent Godart, conseiller municipal en charge des questions du numérique a adressé un chaleureux mot d’accueil.
Il nous a présenté en quelques mots les actions menées par la collectivité de Voreppe sur les questions d’accès pour tous au TIC et des logiciels libres. (L’intégralité de son intervention se trouve en annexe du document de synthèse de la journée)
Nous tenons à renouveler nos remerciements à Florence et à la Municipalité de Voreppe pour cet accueil.

Le temps d’échange autour de la thématique “la création artistique et culturelle et le numérique dans les EPN” a  été riche et en même temps frustrant. Beaucoup de sujets, des points de vue parfois divergents et trop peu de temps pour approfondir les différentes approches.
Suite à ces échanges 2 actions ont été lancées :

  • La création d’un groupe thématique régional au sein de CoRAIA, a priori porté par le réseau EPNIsère.
  • La nécessité de produire une contribution identifiée “EPN” dans le cadre de la concertation régionale ” Politique culturelle et numérique” actuellement en cours.
    Un espace a été ouvert à cet effet sur le wiki du réseau Formavia.  Nous vous invitons à y apporter votre contribution.

Le temps du repas qui s’est déroulé sur place a permis de continuer les échanges et de croiser les expériences qui n’ont pu être présentées l’après-midi.

La présentation des projets s’est finalement déroulé dans la même salle, ce qui a permis à chacun d’assister à la présentation de tous les projets. Ceci a favorisé l’interpellation des différents porteurs de projets.
Quatre structures ont présenté soit une démarche d’animation soit des outils utilisés ou utilisables dans des projets culturels ou artistiques. (Détails dans le compte-rendu)

MAJ

Document de synthèse des échanges : En version odtEn version pdf

Juil 152010
 


Cette page de synthèse vous guidera vers les différents ressources et productions utilisées ou produites lors de la rencontre de Thonon du 24 et 25 juin  au fur et mesure de leur mise en ligne…

Un formulaire de Bilan  est disponible en ligne pour recueillir vos avis, vos retours, vos idées,…
http://www.coraia.org/1098/

Lancement du Rezyote74

Un des objectifs de la rencontre de Thonon était de favoriser la participation des acteurs de haute-savoie, ce qui a été chose faite puisque 30 % des participants étaient des locaux.

  • En ouverture de ces 2 journées il a donc été annoncé et officialisé  la création du Réseau des animateurs d’EPN (et assimilé) de haute-savoie surnommé  Rézyote74.
    Pour en savoir plus et suivre la vie du réseau :
    http://rezyote.coraia.org/

Les conférences

La parentalité à l’ère du numérique

Les EPN leviers de l’intervention citoyenne

Les jeunes et Internet, de quoi avons nous peur ?

L’ExplorCamp

En 20 minutes, format encourageant des présentations vivantes, concrètes, visuelles et pratiques, les animateurs présentent , une expérience,  un projet, un outil, une démarche pédagogique, etc. qui peuvent inspirer et être récupérés par les participants qui tournent ainsi de table en table.

Les ateliers

De l’éducation aux médias à l’influence des médias dans l’éducation

Le e.portfolio au service de la VAE

Les Vidéos

Une série interviews a été réalisée pour permettre aux intervenants des différents ateliers de présenter en quelques mots le thème qu’ils ont abordés.

Les Photos

De nombreuses photos ont été prises par les uns et les autres, en voici une sélection. Si vous en avez d’autres que vous souhaitez mettre à disposition, nous sommes preneurs !