messagebox_warning

Ce blog  est maintenant à l’arrêt après de bons et loyaux services !

Il préserve les ressources qui ne seront pas migrées dans sa nouvelle version :

http://coraia.reseaumednum.fr

Sep 172015
 

LogoInforoutesNewx500Le Syndicat Mixte des Inforoutes qui sévit en Ardèche depuis 20 ans maintenant, a décidé de marquer le coup en organisant une journée festive néanmoins studieuse :

Mercredi 6 novembre 2015
de 9h00 à 17h00
salle des fêtes d’Alissas (07210)

Au menu des réjouissances sont prévus conférences, buffet et stands…
La CoRAIA sera présente en participant à l’animation du stand de la Médiation Numérique sur ce territoire qui a vu naître un des premiers EPN de France (une manière de ne pas dire “le premier EPN” pour ne vexer personne 😉 )

Pour en savoir plus sur le programme, les inscriptions : http://jai20ans.fr

Mai 132014
 

Le réseau bi-départemental des EPN de Drôme et d’Ardèche organise sa 2° rencontre qui se déroulera :

le jeudi 22 Mai de 9h à 17 heures à

La médiathèque Simone de Beauvoir
Rue Sabaton
26100 Romans sur Isère

Cette rencontre est ouverte aux réseaux “amis et voisins” , mais l’inscription est obligatoire.

Le fil conducteur de la journée proposé aux EPN du 26/07 :  Où en sommes nous sur nos territoires? Nous pouvons constater des disparités et des points de convergences entre la réalité de terrain et les ambitions philosophiques et politiques prônées dans les différents rapports publiés ces derniers temps (CNNUM, Rapport Lebreton) . Certaines grandes thématiques ressortent au niveau national : FabLab, Consommation collaborative, co-working …. Il semble important que nous réfléchissions ensemble dans le réseau à une éventuelle articulation qui peut se mettre en place entre les EPN et les nouveaux espaces en création… “

Programme complet et inscriptions : http://epi.pole-numerique.net/deuxieme-rencontre-bi-departementale-des-epn-26-07/

Mar 102014
 

Deux EPN du réseau 26 – 07, très différents, ont été intégrés dans la reforme des rythmes scolaires. L’un en Drôme (Livron), l’autre en Ardèche (La Voulte), les témoignages et regards sont différents. Ils permettront peut être à certains EPN concernés en 2014-2015 de mieux appréhender ce nouveau rôle dans la collectivité.

 

 

Pouvez vous présenter votre municipalité et votre EPN en deux mots?

jess   Jessica Labanne : Livron est une commune de 9000 habitants située entre Valence et Montélimar. Elle appartient au Canton de Loriol. Livron a deux groupes scolaires au centre-ville et deux écoles dans les hameaux.

Site de Livron : http://www.livron-sur-drome.fr/index.php

Intervention de Vincent Peillon à Livron :

Rythmes scolaires : rencontre avec les équipes… par EducationFrance

  A Livron les temps d’activité périscolaires s’appellent des TAPS. L’EPI lilO (comprenez Espace Public Internet de Livron Loriol – Ndlr) a été créé en janvier 2013, cet espace est porté par les villes de Livron et Loriol. Deux espaces existent donc de chaque côté de la Drôme. LilO propose de l’accès libre Internet, de l’accompagnement sur mesure, des ateliers collectifs d’initiation et des ateliers partenaires. Les partenaires sont variés : les écoles, le foyer logement , l’UNRPA (Union Nationale des retraités et des personnes âgées), la MJC, le club de généalogie, l’IME (Institut Médico Educatif), les associations et bien plus encore.

Blog de lilO : http://epililo.blogspot.fr/  

SamSamuel Pabion : La Voulte-sur-Rhône est une commune de 5084 habitants située entre Valence et Montélimar. Elle a trois groupes scolaires.

Intervention de Vincent Peillon à La Voulte-sur-Rhône : http://www.ledauphine.com/ardeche/2013/02/18/devant-les-elus-ardechois-le-professeur-peillon-s-est-voulu-pedagogue-le-periscolaire-n-est-pas-obligatoire-et-peut-etre-organise-librement À La Voulte les temps d’activité périscolaires s’appellent les TAPS.

Le CCM (Comprenez Centre de Communication Multimédia Ndlr) a été créé en avril 1999. Cet espace est porté par la MJC de La Voulte depuis 2004. Le CCM propose de l’accès libre internet, des ateliers collectifs et particuliers d’initiation à l’informatique, des clubs informatiques, des ateliers en direction des adolescents. Nos partenaires sont variés : les écoles, l’Espace social, l’UNRPA (Union Nationale des retraités et des personnes âgées), la MJC, la maison de retraite, le collège, les associations locales, le syndicat mixte des Inforoutes, le Conseil Général de l’Ardèche, la Région Rhône Alpes, la CORAIA.

Retrouvez le centre Multimédia de La Voulte sur Internet http://www.mjclavoulte.com/centre-multimedia/

L’intégration de l’EPN dans la réforme a-telle été naturelle ? Avez-vous été concerté en amont ?

JL : Très naturelle, lilO était à peine ouvert lorsque les concertations ont été lancées, la médiathèque a été sollicitée, j’ai été invitée aux réunions et j’ai tout de suite eu envie de proposer un module de TAPS.

SP : C’est la MJC qui a été intégrée dans la réforme. L’EPN faisant partie intégrante de cette structure, la direction nous a demandé de nous positionner. En effet, nous avions déjà l’expérience des Contrats éducatifs locaux et Loisirs éducatifs prioritaires (partenariat entre l’Education nationale, la municipalité, jeunesse et sport et la MJC) mais dans ce cadre l’EPN était mis à disposition et le matériel utilisé sur place. dans le cas des TAPS c’est nous qui nous nous déplaçons dans les écoles. Nous avons été invité à quelques réunions de présentation du déroulement de l’organisation générale.

Avez-vous fait partie d’une équipe projet, d’un comité de pilotage ?

JL : J’ai participé autant que possible aux réunions et concertations autour de la mise en place de la réforme. SP: La participation a été celle des responsables de la MJC.

Après un trimestre passé, que retenez vous de cette expérience ?

JL: Comme je l’avais pressenti, c’est un excellent point d’entrée auprès du public jeune. Je suis aujourd’hui à mon 3ème groupe d’enfants. Les deux premières périodes ont été très positives malgré quelques difficultés d’ordre technique. Après une période de TAPs, il est fréquent que les enfants viennent à lilO avec leur parents.

SP: Quelques frustrations ! Nous avons ¾ heures d’activité de 15h45 à 16h30 mais dans les faits seulement ½ heure d’activité est effectuée (installation, démarrage, retour au calme….). Les enfants ne choisissent pas l’activité à laquelle ils participent ce qui peut parfois être compliqué à gérer.

Referiez-vous les mêmes propositions aujourd’hui ? Les mêmes ateliers ? Si non pourquoi?

JL : Je ferai les mêmes propositions aujourd’hui mais enrichies par l’expérience de ce premier trimestre. L’intervention en TAPS est chronophage, en plus du temps d’intervention, il faut penser à la préparation du contenu de module et du matériel , aux déplacements et à l’installation et rangement du matériel. Pour 45 minutes d’animation il faut compter au moins 1h30. SP: Sur l’horaire 15h45 – 16h30 non car c’est un temps où les enfants ont besoin de se dépenser. De plus le fait de devoir s’absenter de l’EPN peut être problématique.

Avez-vous des idées en tête pour les mois à venir ou l’année prochaine ?

JL : Les idées ne manquent pas, les moyens un peu plus.

SP : Une réorientation des horaires semblent se profiler. Déjà 2 groupes scolaires sur 3 on choisit le temps de pause méridienne. Les enfants seront plus posés pour des activités multimédias.

Que conseilleriez-vous à un EPN intégré dans la réforme l’année prochaine ?

JL : De ne pas hésiter à profiter de ce point d’entrée dans les écoles. Les enseignants ont un grand besoin d’accompagnement au numérique même lorsqu’ils sont utilisateurs réguliers. De bien chiffrer le temps dédié aux TAPS et de le valoriser dans les bilans.

SP : De bien réfléchir aux ateliers qu’il va proposer en fonction de l’horaire et du temps d’activité qui lui est imparti.

Comment se passe la relation avec les enfants ?

JL : Je suis très bien accueillie dans les écoles, que ce soit par les enfants ou par les équipes enseignantes. En général, à la dernière séance les enfants sont déçus que ça soit déjà fini et c’est l’occasion de leur parler de la possibilité de venir à lilO pour continuer ou pousser plus loin les activités. Souvent je les vois pousser la porte de l’EPI avec leurs parents dans les semaines qui viennent. SP: Les enfants sont parfois agités. On peut parfois perdre du temps à demander le calme pendant l’activité.

Quel point vous semble le plus positif ?

JL : Les retombées en fréquentation de l’Espace, les participants à mon TAPS sont prescripteurs auprès de leurs parents, de leurs frères et sœurs collégiens ou lycéens. Et bien sûr le fait de permettre à des enfants d’utiliser un ordinateur. Nous sommes en 2014 et j’ai encore, dans mon groupe de cette période, 2 fillettes de 9 ans qui n’ont jamais utilisé d’ordinateur. Certains enfants en raison du manque de moyens, de motivation et/ou de connaissances de leurs parents n’ont accès à aucune activité culturelle, artistique ou sportive en dehors de l’école. Et c’est un point vraiment positif de cette réforme que de réduire cette inégalité. SP : Pour la majorité, les enfants sont contents de participer à cette activité.

Quel point vous semble le plus négatif ?

JL : L’impossibilité pour le moment de mettre en place un vrai projet suivi, 1 heure c’est court. Ce temps de TAPS doit être ludo-éducatif sans être de l’apprentissage. Il n’est pas question de faire garderie mais de proposer une activité aux enfants sans que ça soit trop lourd ou fatiguant. L’objectif principal de cette réforme étant d’alléger les journées. J’aimerai pouvoir accueillir les enfants dans mon EPI, mais avec le déplacement, le temps d’activité sera encore plus court.

SP : L’énergie et le temps passé pour seulement ½ heure d’activité. Le nombre d’enfant par groupe (18 maxi). L’équipement de la salle informatique de l’école. 7 PC seulement et un réseau LAN n’est pas très stable.

Pouvez vous nous décrire un déroulé type ?

JL : J’ai un groupe pour 6 à 8 séances de période vacances à vacances. Mon module s’appelle découverte de l’ordi. La première séance est une prise de contact et de discussion autour des usages de l’ordinateur. Qui utilise, pourquoi comment. Cette séance est assez libre, on échange, j’explique qui je suis et comment fonctionne mon espace. Puis on allume les ordinateurs et on échange du vocabulaire. S’il reste du temps on lance un jeu. Puis on éteint les ordinateurs. Les 2 ou 3 séances suivantes, les enfants découvrent Tux Paint et la possibilité de dessiner avec un ordinateur (beaucoup ne font que regarder des vidéos sur youtube ou jouer à des jeux en ligne à la maison). Ceux qui le veulent sont photographiés pour que je créée des tampons à leur image pour qu’ils puissent s’inclure dans les dessins. Ils sauvegardent en fin de séance leur dessin le plus réussi afin que je leur imprime pour la séance suivante. Une des séances consistent à découvrir l’intérieur d’un ordi, j’apporte du matériel démonté dans une boite, des cartes que nous avons créées à lilO avec les noms et les photos des composants et périphériques et une vieille tour. Cette séance est très appréciée, ils adorent mettre les mains dans le cambouis ! Une autre séance j’apporte des CD-ROM Mobiclic ou Toboclic de la médiathèque. En fonction des groupes et de la réactivité des enfants j’adapte mes propositions. J’ai eu un groupe qui a adoré jouer à Tux typing. Nous avons Track Mania qui est installé sur les postes et certains enfants ont eu envie de faire des courses. Mon programme a la base était d’utiliser des services web pour ce module de TAPS, des soucis de réseaux m’empêchent de bénéficier d’un accès internet stable. J’ai du complètement repenser le contenu de mon module pour qu’il soit cohérent même sans Internet. Finalement c’est plutôt un bien car les enfants avec Internet deviennent plus passifs, par habitude et ou facilité. Sans connexion ils explorent finalement plus de possibilités de l’ordi.

SP : Un groupe pour 6 à 8 séances de vacances à vacances. Mon module s’appelle « Activités multimédias ». Nous proposons des jeux en réseau. Le jeu de course TrackmaniaTM, qui se prête très bien à un format court par une mise en route rapide et une prise en main facile. Les enfants découvrent tous les modes de jeu : course contre la monte, en équipe, etc ; avec des niveaux de difficultés croissant. Pour finir on explore le mode de construction de circuit et la personnalisation des véhicules.

Combien de séances par semaine ?

JL : J’interviens actuellement une fois par semaine. Nicolas Capt, un de mes collègues qui a la double casquette médiathèque et EPI intervient 2 fois par semaine sur un module de TAPS reporter avec les tablettes. Nous proposerons le même module pour une intervention sur les écoles de Loriol qui vont passer à la semaine de 5 jours en 2014/15. Nous réfléchissons à un module supplémentaire qui serait proposé par Jean-Claude Bondaz, mon collègue animateur, renfort CUI-CAE de la deuxième vague. Le fait que nous soyons en capacité de proposer ces activités aux collectivités a été un argument de taille pour la prolongation du CUI de Jean-Claude que je n’ai pas hésité à brandir auprès de mes élus et responsables. Nous aimerions proposer un TAPS Sport Numérique, qui aurait sans doute un grand succès… Nous échangeons également autour d’un TAPS radio, de mon côté j’aimerai faire évoluer mon TAPS sur de la création de film d’animation. SP : Une fois par semaine

Combien de groupes différents ?

JL et SP : Autant de groupes que de périodes soit 5 pour cette année.

Combien d’enfant par groupe ?

JL : Un enfant par poste soit 8 à 10 enfants SP :Entre 16 et 18 enfants, pour 7 ordinateurs.

Combien êtes-vous pour l’encadrement ?

JL : Je suis seule. SP : Je suis seul. Ma collègue me remplace en cas d’absence.

Lien vers l’article original : http://epi.pole-numerique.net/amenagement-des-rythmes-scolaires-et-epn-retour-dexperience/

Mar 102014
 

Parce que cette question revient très (trop) souvent, parce que nous manquons de visibilité du fait de la diversité des structures porteuses, des actions et des labels, le SMI (Syndicat Mixte des Inforoutes) a réalisé 3 reportages pour expliquer ce que nous sommes et vers quoi nous allons. En effet, difficile d’amorcer une transformation quand bien des usagers méconnaissent les EPN. Nous vous proposons donc deux témoignages de médiateurs numérique et leurs usagers ainsi que celui de l’animateur du réseau régional. Ces vidéos peuvent être des outils pédagogiques, de promotion… n’hésitez pas à vous les approprier.  

Céline Débaud de l’EPN d’Alboussière en Ardèche

 

Grégory Watremez de l’EPN de Romans-sur-Isère (Drôme)

 

Guy Pastre (Coordination Régionale de l’Internet Accompagnée)

Réalisation, montage : Amandine Renault : Syndicat des Inforoutes

Lien vers l’article original : http://epi.pole-numerique.net/mais-quest-ce-quun-epn/

Jan 142013
 

Guy Fréry, Garlann Nizon, Guy Pastre et Daniel Suszwalak

 

Les EPN (Espaces Numériques de l’Ardèche) ne sont pas que des lieux où chacun peut se connecter à internet. Ils accueillent également divers ateliers : MAO (Musique Assistée par Ordinateur), Sport numérique, photographie… autant de projets montés par des animateurs motivés. Deux fois par an, ces derniers se réunissent pour échanger leurs idées, faire un point sur l’évolution des pratiques, la fréquentation… Leur dernière réunion a eu lieu le 20 novembre, dans les locaux des Inforoutes, à Privas, et elle était riche en projets.

Sommaire

  • Bilan de fréquentation
  • Clients légers
  • Serveur de filtrage
  • Génépi
  • Actualités CoRAIA
  • Appel à projet de la région : accessibilité numérique
  • Cartopartie
  • Pass numérique
  • Le B2i adulte
  • Distribution de livrets informatifs
  • Informations diverses
  • 5 ateliers d’EPN

La fréquentation

Rappel : Depuis 2004, les statistiques de fréquentation des centres multimédias ardéchois sont suivies de façon régulière. Depuis 2009, deux calculs des statistiques sont faits : un avec les statistiques du centre multimédia de Meysse et un sans. Le second calcul est le plus représentatif, il met à part l’importante fréquentation du centre de Meysse par les scolaires qui fait considérablement varier la moyenne de fréquentation des centres.

Le rythme de fréquentation des centres multimédias est sensiblement le même qu’il y a 5 ou 6 ans, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2010. Alors que la fréquentation était à la baisse depuis 2007, les centres multimédias attirent à nouveau du public. Les statistiques prennent en compte deux nouveaux points : le centre socio-culturel de St Agrève et la bibliothèque d’Annonay.

A noter : une forte progression des centres de Thueyts et d’Alboussière. L’accueil du public scolaire s’élève dans les centres ardéchois à 15 % ( mais à 25 % si on inclut celui de Meysse, qui accueille beaucoup de scolaire). Le libre accès reste une des raisons principales de la venue au centre : plus de 50 %, l’accès sur réservation : 25 %.

Plus de chiffres avec le Baromètre de la région Voir les chiffres des années précédentes

La problématique de la fréquentation reste toujours d’actualité et les animateurs cherchent et proposent toujours de nouvelles activités afin de coller aux besoins du public.

Les clients légers : la version 2.0 arrive

Les clients légers sont des ordinateurs qui permettent uniquement de naviguer sur le net. Le principe a plu à plusieurs centres multimédias. Mais pour certains, ces ordinateurs sont encore trop longs à démarrer et l’impossibilité d’imprimer est un frein à leur utilisation. Le SIVU travaille encore sur les paramétrages afin d’améliorer ces points. Le client-léger 2.0 se connectera au serveur et c’est ce dernier qui travaillera, résolvant les difficultés soulevées.

Serveur de filtrage : du négatif et du positif

Plus de centres sont équipés de ce filtrage, qui fonctionne bien. Il a été installé afin d’être en conformité avec la loi. Ainsi, cet outil de filtrage protège la jeunesse et enregistre les connexions pendant un an et un jour. Il reste le problème des machines amenées par les usagers, dont les paramètres doivent être modifiés pour la connexion. Les animateurs doivent alors reconfigurer les tablettes, portables et autres afin que les usagers retrouvent les mêmes paramètres que lors de leur arrivée. Il s’agit d’une petite manipulation qui prend du temps et qui peut paraître contraignante pour les animateurs.

Genépi : l’expérience des centres test

Garlann Nizon rappelle que Genépi est un outil de gestion des EPN (usagers, facturation) . Guy Fréry aurait souhaité également que ce soit un outil de statistique précis de fréquentation des centres, mais il semble difficile de l’imposer dans chaque centre, puisque nombreux sont ceux qui disposent aujourd’hui de leurs propres outils. Sa généralisation sur les centres est donc encore à l’étude et les développements sont en cours financés par le Pôle-Numérique et le SIVU

Actualités riches pour CORAIA

CoRAIA travaille sur sa prochaine convention, dont la structuration va être beaucoup plus formelle. Elle portera encore davantage l’internet accompagné en région, et sera aussi davantage présente au niveau national. Les prochains RDV à retenir :
- 3 et 4 décembre, Forum Interconnectés de Lyon : CoRAIA sera de nouveau présent et grâce à son travail, les EPN y sont de plus en plus représentés.

- 10 décembre, Rencontre du réseau, à Grenoble : où il y sera notamment posé une réflexion sur la suite à donner aux rencontres d’Autrans.

- Rencontres d’Autrans : ce sont les plus vieilles de France, qui étaient financées par la région Rhône-Alpes, sur les usages de l’internet accompagné… En 2013, ces rencontres n’auront pas lieu, faute d’un public nombreux. « Il y a un enjeu de garder une telle initiative dans notre région. S’il y a une mobilisation des acteurs de l’internet accompagné, alors il sera possible de financer à nouveau ces rencontres » précise Guy Pastre.

- 14 décembre, Journée CRDSU ( Centre de ressources et d’échanges pour le développement social et urbain), Aix-les-Bains. Au programme : les enjeux du numérique dans les quartiers populaires. Leur numéro « Les cahiers du développement social urbain » est en partie consultable en ligne sur : http://www.crdsu.org/c__9_237_Publi…

22 et 26 janvier 2013, Scène nationale Lux à Valence : Festival émergences sur l’image, le numérique… L’an dernier, le festival portait sur les jeux vidéos. En parallèle auront lieu les Assises Régionales de l’éducation aux média, les 22 et 23 janvier. CoRAIA y organise au niveau régional une journée de formation, où deux artistes proposeront des ateliers aux animateurs qui pourront à leur tour les retransmettre dans leurs EPN.

Initiative d’une exposition d’art numérique dans les EPN Drôme-Ardèche. Il s’agit de l’exposition itinérante d’une dizaine d’artistes. Ils lancent un appel au volontariat pour les accueillir. L’exposition s’arrêtera en juillet 2013 à Saint-Nazaire-le-Désert pour le festival « Désert Numérique ».

Samedi 24 novembre : des EPN seront présents au colloque européen des universités populaires, à Valence.

Appels à projets de la région : accessibilité numérique

L’appel à projet de la région (plus d’infos : http://www.coraia.org/?p=2421) s’arrête le 3 décembre et CoRAIA relance les EPN ardéchois sur ce sujet. Le public handicapé a besoin du numérique car il s’agit bien souvent de personnes isolées. Plusieurs EPN ont commencé la réflexion grâce à des associations, comme l’APF à La Voulte, ou Handisport à Guilherand-Granges. Certains animateurs ne sont pas confrontés à ce public, mais CoRAIA pense que travailler en partenariat avec de telles associations ou faire la démarche d’accessibilité permettrait d’informer ce public qu’ils peuvent venir dans les EPN. L’année 2013 sera l’année de la lutte contre l’illettrisme et cela pourrait rentrer dans des projets d’EPN. L’aménagement des locaux (rampe d’accès, WC…) ne rentre pas dans l’appel à projet ; au contraire de la formation à l’accompagnement, et les formations nécessaires lors de l’achat d’un logiciel spécifique.

Cartopartie

Il s’agit d’un projet au niveau régional d’organiser courant 2013 un partenariat entre EPN et écoles. Ces journées s’accompagneront de formation à tout animateur qui le souhaite.

Le pass numérique 

Présentation : Le Pass Numérique s’adressera à tout Rhônalpin désireux de développer ses compétences numériques de base. Imaginer la mise en œuvre de ce « Pass Numérique » est un chantier dans lequel les médiateurs numériques (au sens large) ont toute leur place.
Le projet de la région s’étend jusqu’à 2014, année où seront ouverts des appels à projets aux EPN désireux de s’associer à la démarche de la Région.
Une enquête a été diffusée par Formavia et, même si elle semble fastidieuse, il est important de la remplir afin d’avoir une image des compétences des médiateurs numériques et des urgences numériques. Cette enquête constitue un thermomètre de l’état actuel.

B2i adulte

Présentation : certification pour adulte pour garantir la maîtrise des concepts et fonctions de base d’un poste informatique. Le B2i s’appuie sur le parcours de l’individu et les compétences qu’il a mises en œuvre.
Les DAFCO (Délégations académiques à la formation continue) de la région ont affirmé que les animateurs des EPN pouvaient poser leur candidature pour être certificateurs du B2i. Il s’agit d’une reconnaissance de l’animateur, qui est considéré comme une personne capable de former et pas seulement sensibiliser. Garlann Nizon précise que ce B2i est un préalable pour les entrées en formation agricole, il y a donc bien un public.
CoRAIA avance l’idée que chaque animateur devrait passer ce B2i, afin de connaître les modalités de passage notamment. Or certains ont déjà passé le PCIE (Passeport de Compétences Informatique Européen) qui était déjà d’un niveau élevé. Ils ne voient donc pas l’intérêt de repasser un autre diplôme.

Lire la suite sur le site des inforoutes

 

Nov 072012
 

Le programme de notre prochaine réunion des animateurs d’EPN du réseau Ardèche.

Matin :

9h : accueil dans les locaux du SIVU à Privas

9h30-10h45
– bilan sur la fréquentation 2012-1er semestre.
– Point sur les clients légers, les serveurs de filtrage, le devenir de Genépi + retours d’utilisation

11h- 12h30
– Actualités CORAIA : Garlann Nizon et Guy Pastre
– Appel à projets Région Accessibilité : partenariat APF
– Pass Numérique Rhône-Alpes
– Distribution livrets “Guide Libre Associations” et ” Carnets de la médiation numérique”

Après-midi :

14h30-15h
CCMlabs : où en est le chaudron ? Nouvel appel à idées …

15h- 16h30
Ateliers l’après midi, en boucle d’une demi-heure :
OpenStreetMap  : Henry-Pascal Eldin
SportNum : Maryne Maurizi et Claude Gaillard
Ateliers partagés photo numérique : Nicolas Pichon
Toute une histoire.. et N’en jetez plus ! : Guillaume Pénelon
MAO : Samuel Pabion

Rappel : les inscriptions pour la journée courent toujours sur le doodle

Juil 112012
 

Une pause sous le soleil ardéchoisVoilà c’est fait, la 9° rencontre régionale de CoRAIA s’est tenue avec succès les jeudi 21 et vendredi 22 juin 2012 à Annonay(07).

Au final la météo aura été clémente pour accueillir dans de bonnes conditions les 100 personnes qui se sont succédées durant les 2 jours. . Comme nous le souhaitions nous avons donc pu bénéficier et profiter de l’environnement tout à fait sympathique du Château de Déomas.
Au passage nous saluons et remercions Emmanuel et la délégation du réseau des EPN du Grand Dijon que nous avons accueillie parmi nous avec beaucoup de plaisir une nouvelle fois.

Nous avons eu la chance (pour les lève-tôt) d’être accueilli par un décollage de montgolfières emmenant un orchestre dans sa nacelle : fête de la musique oblige !

De façon unanime, la qualité de l’accueil a été soulignée et au passage nous tenons à remercier , la municipalité d’Annonay pour nous avoir facilité l’accès et l’utilisation des locaux du Château.

Des remerciements chaleureux également à toute l’équipe des Inforoutes de l’Ardèche qui s’est véritablement “pliée en 4”  pour nous soulager au maximum des aspects de logistique tout en apportant sa contribution à la dynamique et au contenu de la rencontre.

Pour finir des remerciements particuliers aux animateurs ardéchois (et isérois) qui ont donné de leur temps pour faire la couverture “multi-médias”  de ce rendez-vous.

Comme d’habitude la convivialité a été de mise comme chacun a pu le constater (et le vivre) lors de la soirée “musique et jeux vidéos” du jeudi soir au GOLA que nous remercions également pour leur accueil.
Être hébergé dans un centre d’accueil collectif  avec des chambres à plusieurs lits (superposés !) a réveillé chez certains des souvenirs nostalgiques de centres de vacances, classes de découverte… et de 5ème repas !

Concernant, le déroulement de ces 2 jours et le programme riche (et toujours ambitieux), force est de constater qu’il aura suscité des échanges, des débats, des confrontations de point de vue et de convictions durant les temps formels et informels.

Cette rencontre avait pour ambition de permettre aux participants de se mettre à niveau et se cultiver collectivement sur des thématiques, des projets et des préoccupations qui concernent les EPN aujourd’hui et dans un avenir proche.
Ces deux journées ont été riches et il est maintenant nécessaire d’assurer la continuité de la dynamique afin de construire ensemble l’avenir de la médiation numérique, d’en dégager les chantiers futurs et prioritaires.

A souligner également que les échanges sur les questions plus “philosophique” comme l’éducation, l’éducation populaire, la médiation numérique, l’avenir des EPN ,…  ont permis à chacun de constater les limites d’une approche consensuelle dans des domaines où l’engagement et les partis pris sont omniprésents, c’est pourquoi chacun est repartit avec un léger sentiment de frustration, garantie nécessaire au maintient de la “dynamique réflexive”.

Merci à tous pour vos contributions à la réussite de cette 9ème rencontre régionale CoRAIA

Retrouvez l’ensemble des synthèses et productions au fur et à mesure de leur mise en ligne : http://www.coraia.org/?p=2281

Ils parlent aussi de la rencontre

Juil 102012
 

Cet espace est dédié à la collecte des supports et autres ressources utilisés ou produits pendant les 2 journées de rencontre.
Il se complétera et prendra forme au fur et à mesure des mises en ligne.

***********************

Galeries photos et vidéos

Elle sont en cours de tri et de montage

Ils parlent aussi de la rencontre :

Jeudi 21 juin

* Matinée

 Ateliers thématiques simultanés

1) Qualifier l’individu dans les usages du numérique

Enfin d’avoir une lecture partagée et cohérente des chantiers et des enjeux autour de la qualification des acteurs et des publics, il est proposé d’aborder  2 portes d’entrée :

  • Celle de l’éco-système dans lequel se situe  l’individu dans ses différentes postures
  • Celle de l’accompagnement des acteurs pour un investissement de la dimension “médiation numérique”

a) Un éco-système à organiser et consolider

Guy Pastre à travers la lecture de la carte ci-dessous, nous a proposé d’explorer une première représentation de ce paysage interactif dans lequel sont identifiés de manière non exhaustive, les chantiers et actions en cours et à venir.

Il a insisté sur le fait que si l’on veut avancer sur l’axe “éducation et d’action éducative” avec, dans et sur le numérique, il y a nécessité de sortir des limites imposées par une neutralité bienveillante des discours et des positionnements (personnels, professionnels ou institutionnels).
En effet il est important que chacun puisse affirmer ses partis pris ses différences afin de passer outre ce sentiment que l’on tourne en rond et que l’on dit toujours les mêmes choses assez généraliste sur le sujet .
La démonstration est faite avec la définition que chacun peut donner à l’éducation qui est déjà empreinte de cadre philosophique, politique, du projet… dans lequel chacun agit.
Pour illustration dans sa présentation, Guy Pastre, pour aborder et décliner cet axe “éducation”, s’est donc appuyé sur l’approche de la m@ison de Grigny (document embarqué dans la carte également) .

Cette carte est une “wikimap” elle peut et doit être complétée , commentée, pour évoluer…
http://www.mindmeister.com/175480310

b)  Ateliers de réflexion au tour de la médiation numérique

En s’appuyant sur une partie des recommandations du Livre Blanc de la médiation Numérique (cf image),

les groupes devaient répondre à  3 questions :
1°) Dans quelle mesure ces missions contribuent à atteindre l’objectif
Développer les capacités des individus à agir dans/sur/avec leur environnement que ce soit en tant qu’individu, parent, citoyen,  professionnel…

  • Sous-entendu : Mais au fait, partage-t-on cet objectif ?

2°) Aujourd’hui où en sommes-nous vis-à-vis de ces missions ?

  • Quels sont les points d’amélioration identifiés ? (en se référant aux différents points du document)
  • Quelles sont les priorités ?

3°) Quel type d’accompagnement permettrait aux animateurs multimédia d’y parvenir ?

  • De la formation – Sur quels types de compétences ?
  • De l’accompagnement – Quels type de conseils ?
  • Des ressources – Sous quelles formes ?

Les participants ont été répartis en 4 groupes avec un temps de synthèse collective pour clore ce temps trés riche mais trop court et donc frustrant pour tout le monde. Télécharger la synthèse (pdf)

Ce temps préfigure de la dynamique qui doit être lancée au niveau régional pour l’appropriation par les EPN  du livre blanc de la Médiation Numérique à paraitre sous peu dans sa version définitive.

2)Atelier concernant la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)

Il s’agit d’un projet collectif des EPN Rhône-Alpes. Cet atelier a permis de faire le point avec les candidats en cours de démarche et d’entendre le témoignage des animateurs ayant obtenu leur certification. L’objectif de ce temps de travail était d’améliorer l’accompagnement collectif et d’imaginer l’animation du dispositif permettant d’assurer pour les candidats les meilleures conditions possibles de réussite. (voir le compte rendu complet)

* Aprés-midi

Interventions de la région Rhône-Alpes

1) Résultats de l’enquête menée ces dernières semaines auprès des usagers des EPN (voir l’article précédent la rencontre et prendre connaissance du questionnaire).

Les éléments de l’enquête seront bientôt disponibles, il s’agissait là d’un point d’étape dans le traitement des données recueillies.
Quelques chiffres retenus au passage

  • 152 EPN ont répondu
  • 50% des usagers n’ont pas le baccalauréat,
  • la moitié des usagers n’ont pas d’ordinateur portable,
  • 40% des usagers ont acheté un ordinateur suite à leur fréquentation des EPN,
  • les deux raisons principales de la venue des usagers dans des EPN sont : l’accès à internet avec accompagnement et la convivialité.

2) Présentation de la politique Rhône-Alpes Numérique (voir l’article précédent et télécharger le rapport complet)

Suite à ce rendu, Valérie FRANÇOIS et Cédric LAMBERT (Développement numérique – Direction des Politiques Territoriales – Région Rhône-Alpes) nous ont expliqué dans les grandes lignes la nouvelle politique régionaleRhône-Alpes Numérique” votée le 29 mars 2012.
Ils ont fait un un focus particulier sur l’orientation n°2 “Solidarité Numérique” qui concerne plus particulièrement les EPN et autres lieux de médiations, avec :

  • CoRAIA, les professionnels de l’internet accompagné et les formateurs/encadrants sont donc invités à participer à la construction de ce projet.
  • L’appel à projets “Accessibilité numérique des lieux publics d’accès à Internet” qui devrait être lancé en octobre 2012 que nous n’avons pas eu le temps de détailler.

Pour en savoir plus sur
– Le chantier “Pass Numérique” : http://www.coraia.org/?p=2404
– L’appel à projet “Accessibilité numérique” : http://www.coraia.org/?p=2421

Actualité des réseaux départementaux

5 réseaux de la Région sont venus présenter tour à tour les grands moments de l’année passée et les dates clés de l’année à venir (voir le prezi). Malheureusement, le temps étant compté, ce moment a du être écourté et les questions n’ont pu être soulevées, au grand regret de certains participants.

 

 Le traditionnel EPNCamp

En cours de synthèse

Vendredi 22 juin

* Matinée

Conférence : L’Education Populaire à l’heure du numérique

Conférence de Nathalie Boucher-Petrovic – maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13 .
Plus d’une heure de débat ont suivi son intervention.

Appel : Nous sommes preneur de notes que les uns et les autres auraient prises au moment du débat. Merci

* Aprés-midi

Groupes et ateliers thématiques

1) Temps d’acculturation commune sur  “l’Open Data”

L’introduction sur le vaste sujet des “data” par Christian Combier, a permis d’élargir la focale sur des enjeux qui vont au-delà de la “libération des données publiques”.

L’objectif était d’appuyer sur l’importance de la place que les EPN peuvent (doivent?) prendre concernant leur mission d’éducation et de sensibilisation sur la thématique. En effet il n’est pas difficile d’imaginer que leur rôle pourrait également intégrer celui de la collecte et la fabrication de données collectives à valeur ajoutée par les usagers.

Voici les supports sur lesquels Christian s’est appuyé lors de son intervention (ni filmée ni enregistrée malheureusement) :

* “L’Open Data à la loupe”  Le film (2 mn) a été réalisé par l’Association Libertic en partenariat avec Nantes Métropole, il est diffusé sous Licence Art Libre, chacun est libre de le réutiliser en citant la source.

* Une dernière ressource à consulter en ligne : Diaporama de présentation Opendata69 au Salon du Numérique – www2012

2) Répartition en groupes de travail

Rencontre des groupes thématiques régionaux existants

Ils se sont réunis profitant ainsi des rares moments de travail en présentiel :

  • Handicap et numérique
    Séance animée par Stéphanie Lucien-Brun.  En voici le compte-rendu : Atelier_Handicap_Annonay12 (pdf)
  • Jeux vidéo et EPN
    Cette séance même sil elle n’a pas permis au groupe d’avancer   comme il l’avait envisagé, a été l’occasion de faire une remise à niveau à des nouveaux participants tout en les invitant à rejoindre la dynamique collective de réflexion et production.

Lancement des groupes actés lors des ateliers de ces 2 jours

1) Ouverture des données et EPN
Première séance d’un groupe naissant animée par Guillaume Pénelon. Synthèse des grands points abordés Données ouvertes-Annonay2012 (pdf)

2) Modèles économiques et pérennisation des EPN

Pour répondre à la préoccupation, plus ou moins présente suivant les réseaux, de l’avenir et de l’évolution des EPN, il a été décidé de capitaliser et consolider au niveau régional les initiatives et réflexions autour de cette thématique.

Sachant l’hétérogénéité des structures, des territoires et des acteurs, il est évident pour tout le monde qu’il n’y pas de solutions et de démarches miracles, par contre il peut y voir une dynamique commune et une mobilisation collective.

Le paysage n’est  pas vierge puisque nous pouvons nous enrichir et/ou nous appuyer sur des initiatives et des réflexions déjà en cours :

  • Le groupe des EPI de la Drôme déjà mobilisés sur le sujet (à qui l’on doit l’initiative de l’atelier)
  • Le projet de recherche-action du Comptoir numérique de St Etienne , présenté lors de cette première rencontre par Yoann Duriaux
    (Cf Le diaporama utilisé lors du témoignage ci-dessous)
  • Le livre blanc de la Médiation numérique issu de la réflexion nationale sur l’évolution des EPN et  de leurs missions en abordant donc aussi cette question de la pérennisation et des modèles économiques.
    A noter pour mémoire que CoRAIA a déjà largement contribué à ces réflexions en participant avec 20 représentants aux Assises de la médiation Numérique d’Ajaccio.

Cette première séance de “calage” avait pour objectif d’essayer de définir  “l’objet commun” nécessaire à la mise en place du groupe.
La mise en tension des différents niveaux de préoccupation et des situations d’urgence de certaines structures a donné lieu à des échanges passionnés qui illustrent la nécessité :

  •  d’élargir au maximun le champ des possibles en terme d’évolution et de modèles économiques envisageables,
  • de prendre en compte la temporalité en travaillant sur la complémentarité entre l’hyperlocal, le départemental et le régional,
  • d’effectivement créer rapidement un espace et une dynamique d’expression, de partage, de collaboration et de co-construction.

Un espace en ligne collectif et coopératif dédié au groupe sera bientôt ligne. Nous vous en informerons prochainement.

A lire sur le blog du Réseau EPNIsère :
Le témoignage  d’Alexandre sur cette première rencontre  http://epnisere.org/?p=548

Le support de la présentation de Yoann Duriaux

Juin 012012
 

Lors de la rencontre CoRAIA  des 21 et 22 juin, qui s’est tenue à Annonay, nous avons mené un atelier qui a permis de faire le point sur le projet collectif VAE.
Cet atelier a regroupé des candidats de la vague 1 ayant pour certains terminés et d’autres toujours en cours de démarche, ainsi que des candidats de la vague 2 au tout début du processus.

L’objet de cet atelier était d’imaginer les modalités d’animation et de coordination de la vague 2.

En voici le compte-rendu.

Retours d’expériences et témoignages des candidats de la 1er vague

La principale difficulté des candidats pour mener à bien une VAE est le temps à y consacrer, parfois sous-estimé au préalable. Certains ont fait le travail sur des temps personnels (congés, soirée, Week-end), et s’interrogent sur l’intérêt (en terme) de faire une VAE, plutôt qu’une formation en direct.

Certains diplômes requièrent un passage dans les 3 ans, d’autres n’ont pas de limite temporelle.

Nombreux sont les candidats qui estiment qu’il est quasiment impossible de mener à bien une VAE sur son lieu de travail. Cela demande donc un gros investissement personnel.

En terme d’accompagnement, les témoignages sont divers en fonction des accompagnateurs et diplômes présentés. Mais tous sont unanimes, la qualité de l’accompagnement est décisif.

Yassine affirme que les accompagnateurs n’ont pas à juger de la qualité et/ou de la durée de l’expérience professionnelle d’un candidat. Il est recevable ou pas. Les accompagnateurs ont parfois quelques difficultés à quitter leur posture de formateur.

Point sur la plateforme – FORMAVIA 

La plateforme a été sous-utilisée lors de la vague 1. Formavia et CoRAIA vont donc la ré-investir pour la vague 2. Pour ce faire, il est important que chaque candidat renseigne avec soin son profil et le mette à jour autant que de besoin. Cela permet des contacts et donc des échanges facilités. Un profil non mis à jour est vite considéré comme mort.

Formavia peut-être intéressant pour démarrer, savoir de quoi il s’agit. Le fait que les anciens candidats publient leur dossier peut aider les candidats de la vague 2. Ainsi, par exemple, 10 candidats ont été reçus lors de la vague 1 au diplôme BPJEPS. Il semble opportun de les encourager à mettre leur dossiers sur la plateforme pour inspirer les suivants. Il faut cependant une certaine masse critique de personnes pour effectivement créer une communauté suffisamment hétérogène et complémentaire pour que chacun y trouve son compte. On sait également que quelque soit le nombre d’inscrits dans ce genre de communauté c’est à peine 10% des utilisateurs qui participent (et 1% sont très actifs).

Une candidate au C2I2E témoigne que l’utilisation de la plateforme est bénéfique. En effet, il est enrichissant de demander de l’aide, de s’inspirer de ce que les autres font. Cela permet de voir que l’on est pas tout seul.
Aujourd’hui, tout le monde s’accorde sur le fait que la vie professionnelle se composera de plusieurs carrières. Il nécessaire de garder une trace de toutes nos expériences au delà d’un simple CV et formavia peut-être un bon moyen (logique de e-portfolio), plutôt que Google (la région gère, je peux gérer finement mes droits)

Point sur la vague 2 par Pascale MANN

  • 15 candidats recevables
  • 5 sur les titres professionnels de l’AFPA
  • 4 recevables sur des diplômes Jeunesse et Sport
  • 3 diplômes de l’Education Nationale
  • 2 à l’université

Certains candidats témoignent du fait qu’au début de la démarche, il est difficile de savoir ce qui est attendu. Or, les dossiers demandent un gros travail rédactionnel, s’il n’entre pas dans les attentes cela est très vite décourageant. Pour éviter trop de travail à refaire, il faut que les échanges avec l’accompagnateur soit réguliers et fluides et ne pas attendre de faire les regroupements.
Samuel témoigne qu’il faut vraiment détailler ses activités (Céline le rejoins sur ce point). Il ne faut pas se cantonner au plan ou penser que certaines tâches sont évidentes. Il n’y a pas d’évidence, il faut tout dire, expliquer. il faut savoir se regarder faire du vélo. Même dans l’hypothèse où ce qui a été produit une première fois est à retravailler, c’est une rédaction qui n’est pas perdue, et on arrive plus facilement à corriger son angle.

Les référentiels

Les référentiels sont difficilement compréhensibles.
C’est l’outil du jury, mais peu de l’accompagnateur, c’est très technique. Pour certain, cela a été un document ressource qui donne une idée de ce qui est attendu. Il faut différencier le référentiel de l’activité professionnelle qui est central pour la VAE du référentiel de certification pour la formation. C’est ce qui définit le diplôme.

Avenir de la VAE – EPN

C’est trop tard, mais il y reste 3 places ! Il n’y aura, à priori, pas de 3 ème vague. De prime abord, au vu des parcours et profils hétérogènes des personnels des EPN, une VAE collective ne semblait pas opportune. Or, grâce à cette action collective et ce projet régional les animateurs d’EPN ont pu s’engager dans une VAE : c’est un pari réussi, avec un taux de réussite important.

Le tour de table permet de montrer que les rythmes sont différents. L’accompagnement doit formaliser le travail, pour éviter que chacun reste isolé.

A RETENIR :

  • Nécessité de mettre les dossiers des candidats de la vague 1
  • Raconter son avancement sur le blog Formavia
  • Utiliser les outils de collaboration
  • Savoir si ce qu’on écrit est lu ou pas (vérifier les modes public/privé, voir les statistiques)
  • Programmer 3 dates : atelier d’écriture, en octobre / jan/fev et avril.

Se rendre sur la plateforme Formavia (espace dédié à la VAE vague 2)

Avr 162012
 

Le 24 avril au Teil, se déroulera la rencontre semestrielle des animateurs des centres multimédia d’Ardèche. (NB:Initialement prévue à Gluiras, elle est déplacée au Teil pour des raisons logistiques (coupures EDF annoncées)).

La journée se déroulera comme suit :

Matinée :

  • bilan fréquentation 2011
  • Exercice de prospective par les comptes-rendus et propositions d’actions du groupe de travail ccmLABS
  • retour sur le démarrage des groupes E-sport, Mao, Workshot, Toute une histoire…
  • retours d’expériences :
    • usages des tablettes numériques (Saint-Agrève)
    • ccm mobile (Gluiras)
  • point sur le serveur de filtrage Genepi/Squidguard : Henry-Pascal Eldin
  • point sur l’actualité régionale et nationale : Guy Pastre (EPN du Lyonnais-Coraia) et Garlann Nizon (EPI Drôme-CORAIA)
  • divers : nouveau répertoire DUI OpenStreetmap, clients légers

Après-midi :

  • point sur l’organisation des rencontres régionales CORAIA d’Annonay les 21 et 22 juin 2012.
  • préparation des rencontres en mini-groupes :
    • vidéomaton des animateurs rhonalpins (contribution à l’appel à portrait de la médiation ?)
    • réseaux sociaux : tweeter, facebook, pour l’évènement
    • photos en ligne : autour de Nicolas (Flickr, Picasa, ..)
    • animation 21 au soir et EPNCamp : thématiques et appel à projets
    • logistique, organisation ….

Lire l’article sur le site des inforoutes

Juil 292009
 

Tour de table

  • Une douzaine de participants, représentant l’Ardèche, la Drôme, le Lyonnais, le réseau national CyberBase, la Loire, l’Isère et la Savoie.
  • Des réseaux organisés (institutionnels ou non) et des territoires non organisés étaient donc représentés à cette table ronde.

Chacun a pu se présenter et exprimer ces attentes vis à vis d’un réseau régional

Les attentes exprimées

  • S’ouvrir aux autres
  • Partager la veille à différentes échelles
  • Avoir plus de poids auprès des élus
  • Mutualiser les connaissances/ressources
  • Travailler sur des projets communs

Les questions posées

Continue reading »