messagebox_warning

Ce blog  est maintenant à l’arrêt après de bons et loyaux services !

Il préserve les ressources qui ne seront pas migrées dans sa nouvelle version :

http://coraia.reseaumednum.fr

Garlann NIZON

Déc 012014
 

Dans le cadre des jeudis du livre, organisés par Médiat, Julien Devriendt (@julanimtic) est venu à la médiathèque de Romans pour aborder la question des Fablab en bibliothèque.

Des missions en évolution pour les EPN

logofablabBeaucoup d’espaces numériques sont implantés dans les bibliothèques. La question de l’accès à l’outil est aujourd’hui en passe d’être résolue. La mission des EPN est donc en évolution.

A l’heure actuelle, il semble essentiel que les EPN (dé)montrer (notamment) que l’ordinateur n’est pas qu’un outil de consommation, c’est aussi un outil de création: nous ne sommes pas dans l’obligation d’utiliser la technologie comme on nous l’impose, de nombreux outils peuvent être détournés de leur usage premier. Le web n’est que ce l’on en fait, à nous de nous approprier cet espace et de l’enrichir, afin qu’il reflète réellement la diversité des cultures, opinions et savoir-faire. Il peut alors avoir un rôle d’éducation à la citoyenneté et d’éducation politique. De même accompagner la jeunesse (digital native) afin de leur permettre de diversifier leurs pratiques est indispensable. Expliquer ce qu’est la culture du Libre l’est également.De même, expliquer l’utilisation du webmail sans évoquer le modèle économique qu’il y a derrière et l’analyse des données personnelles (entre autre), est une erreur fondamentale. Dans le cas contraire l’EPN passe à côté d’une partie de ses missions.
D’autre part, force est de constater que dans bien des cas, l’EPN est insuffisamment inscrit dans dans un projet global, il a du mal à rayonner dans l’ensemble de la médiathèque. Isolé dans son espace l’animateur fait parfois partie d’une « structure kangourou », et porte un service indépendant.

Faciliter l’accès à toutes les cultures

collaborationL’EPN en bibliothèque a un rôle d’accès à la culture et à la connaissance. Une bibliothèque se doit de diffuser la culture, toutes les cultures, dont la culture scientifique. Et c’est en cela que le FabLab trouve sa place et sa légitimité dans ce type de structure. Il permet de décrypter, de faire comprendre des notions telles que le code, la robotique, l’Arduino…. de faire le lien entre physique et numérique, de participer à la diffusion de toutes les  cultures, de faire découvrir le jeux vidéo autrement,  et d’amener l’usager vers une logique de producteur. Nous passons de l’EPN « espace public numérique » à « espace de pratiques numériques ».
C’est pourquoi, afin de permettre aux usagers de décrypter ce monde technologique, la plupart des FabLab et certains EPN se sont emparés de la question du code. En effet, apprendre à coder permet d’apprendre à comprendre le fonctionnement des ordinateurs et logiciels. L’objectif n’est pas de faire de l’ensemble de nos concitoyens des codeurs chevronnés, mais bien de participer à la diffusion d’une culture scientifique, indispensable à la compréhension du monde qui nous entoure.

Documenter, partager et diffuser

Un des fondamentaux des FabLab est d’expérimenter et de documenter les expériences, en ce sens il participe à la diffusion de l’innovation de la culture scientifique. Le rôle principal du FabLab Manager n’est pas de faire, mais de mettre en relation et de rester vigilant sur la documentation et le partage.  De nombreux sites regroupent des fiches expériences, des guides d’utilisation des différentes machines mises à disposition, des modèles 3D destinés à être imprimés… On apprend en faisant, en testant, en se trompant et en réessayant!

makersLa communauté qui gravite autour est essentielle. Dans un FabLab, elle permet de capitaliser les expériences, les connaissances. Or ces éléments pour être diffusés doivent être écrits puis publiés. Ceci permet d’aborder les notions de licences avec les usagers, d’expliquer les Créatives Commons, les notions de bien commun et de droit d’auteur, par le biais d’ateliers d’écriture, d’accompagner les recherches sur des ressources qui nécessitent au préalable d’être indexées… Nous voyons bien, en ce sens, le rapport entre FabLab et médiathèque. A travers le faire, des notions parallèles peuvent être abordées. Prenons l’exemple du droit d’auteur et des Créatives Commons : cette notion est assez peu « sexy », et pourtant reliée à une pratique et un usage elle est de suite plus digeste et trouve son sens aisément, surtout lors de l’utilisation (ou la publication) d’une ressource en CC dans le cadre d’une activité. Nous mettons les usagers en « flagrant délit de bénéfice », il sont ensuite plus perméables à ces informations.

Des outils et des ressources

fabrication_numeriqueUn FabLab peut être composé de nombreuses machines, de l’imprimante 3D à la découpeuse vinyle en passant par la fraiseuse à commande numérique. Toutes doivent être utilisables librement pour que les usagers s’en emparent, que la communauté se créée.

De nombreuses ressources existent en ligne, que ce soit pour fabriquer ou apprendre à coder. Vous les trouverez dans la présentation de Julien Devriendt, ci dessous.

Personnellement, j’ai été très intéressée par l’exemple du FabLab Mobile, du FabLab en caravane, qui pourrait être un véritable projet cohérent et structurant sur un territoire tel que Drôme-Ardèche. La suite peut être prochainement!?

La question du numérique dans les médiathèque semble désormais essentielle et soulève de nombreuses interrogations. En effet, comment faire pour que l’EPN ne soit plus au sein d’une « structure kangourou », mais bien qu’il fasse partie d’un projet global permettant une intégration à part entière du numérique dans les missions de la bibliothèque. Comment favoriser le décloisonnement des activités numériques et « classiques », comment garantir à l’animateur d’EPN une mission transversale et comment garantir aux médiathécaires une prise en compte du numérique dans l’évolution de leur métier?? Toutes ces questions restent plus que jamais pertinentes. C’est pourquoi une rencontre interprofessionnelle  sera organisée le 30 avril à Romans pour permettre de croiser regards et expériences. (plus d’info sur ce blog très prochainement).

Article original publié sur le blog des EPN 26/07 : http://epi.pole-numerique.net/conference-fablab-en-bibliotheque/

 

Déc 012014
 

Rapport CamaniVerdier1Le 17 octobre 2014, dans le cadre des 2° Assises Nationales de la Médiation Numérique, le Sénateur Pierre CAMANI et le Député Fabrice VERDIER remettaient à Axel Maire (Secrétaire d’Etat au Numérique) un rapport parlementaire sur “Le service universel des communications électroniques au regard des nouveaux usages technologiques : enjeux et perspectives d’évolution” .

Ce rapport est découpé en 3 parties dont une consacrée à “La médiation numérique pour réussir l’inclusion numérique ..” (à partir de la page 34)

Télécharger la version intégrale : Rapport Camani/Verdier (pdf, 5,3 Mo)

Dans un article reproduit ci-dessous et publié initialement sur le blog de Médias-Cité, Gérald Elbaze (que nous remercions) nous fait partager sa lecture synthétique de cette partie du rapport avec ses principales mesures.

********************

youpiLa médiation numérique est un secteur informel, qui a émergé vers 1997… dans le sillage du Plan d’Action Gouvernemental pour la Société de l’Information porté par Lionel Jospin.
Ce rapport complété par le discours d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au Numérique, viennent formaliser et donner un cadre d’intervention à toutes les initiatives qui, sur les territoires, œuvrent quotidiennement pour traduire dans les faits, la médiation et l’inclusion numériques.
Même si cela ne vous dispense pas d’une lecture intégrale du rapport, en voici les éléments qui concernent les acteurs de la médiation numérique.
Ce rapport doit être entendu, comme étant une étape préalable à une loi sur les questions numériques, actuellement envisagée pour 2015.

Les attendus de la médiation numérique:

D’évidence, dans un souci d’égalité, de solidarité et de justice sociale, les compétences numériques et l’usage citoyen, responsable et protégé des technologies doivent devenir l’affaire de tous. L’État devrait donc, en particulier s’assurer que le développement de ces  technologies ne conduise pas à accentuer des clivages existants, qu’ils soient de nature sociale, culturelle, générationnelle ou liés à des disparités géographiques.

La création d’une responsabilité de l’État et la définition de la médiation numérique vue de l’État:

L’État doit veiller à ce que toute personne puisse acquérir les compétences numériques qui lui garantissent un accès au droit, à l’emploi, à la connaissance, à l’épanouissement individuel et à la vie collective. Il semble, en effet, aujourd’hui, vital et urgent de favoriser cette inclusion numérique tant la mobilisation de ces technologies contribue à préserver la participation sociale et citoyenne, à créer du lien humain entre les individus, à stimuler la créativité, à favoriser l’insertion économique et à faciliter la co-construction de projets personnels et collectifs.

La méthode de production du rapport est complémentaire à la Consultation sur la médiation numérique initiée par Axelle Lemaire et portée par la Délégation aux Usages de l’Internet.

Les développements du présent rapport fondé sur les nombreuses auditions d’experts

Ce rapport propose une triple évolution pour réussir l’inclusion numérique :

Définir par la voie législative et règlementaire les contours d’un véritable « Réseau national de la médiation numérique ».
Définir un protocole contractuel qui facilite, grâce à des accords de coopération entre l’État, des industriels, des associations et des collectivités, dans un objectif de solidarité et d’intérêt général, la mise en place, dans les territoires, de dispositifs permettant aux citoyens d’accéder, à la maîtrise du numérique.
Établir une série de recommandations relatives à des objectifs de formation initiale et de pratiques éducatives au sein de l’éducation nationale.

Ce rapport brosse un état des lieux:

Les auditions ont permis à la Mission parlementaire d’appréhender le rôle et utilité des lieux de médiation numérique dans les territoires, d’en saisir la diversité (distinction entre EPN et autres lieux de médiation), de prendre acte de la constitution en cours par l’État d’un label de qualité « médiation numérique », d’un annuaire générique et géolocalisé des lieux de médiation numérique, d’en mesurer la répartition géographique

Et produit une recommandation fondamentale:

[…] de recommander une évolution législative pour en pérenniser l’existence.

Il propose une définition cadrée de la médiation numérique:

InformationLa médiation numérique désigne l’accompagnement humain, qualifié et de proximité, au service de l’inclusion numérique. Elle s’inscrit dans des lieux pérennes ou éphémères où des liens s’organisent entre des individus médiateurs (experts, animateurs spécialisés, bénévoles, travailleurs sociaux initiés, médiateurs culturels, enseignants, et des collectifs humains (habitants, associations, entreprises, élèves, étudiants, parents, professionnels,
autour d’outils numériques qui favorisent les coopérations. Elle permet à la fois l’appropriation des techniques d’usages de ces outils et la dissémination des connaissances ainsi acquises. La démarche de la médiation numérique propose aux populations d’« apprendre en agissant ».
Elle se matérialise, en effet, avec la meilleure efficacité « pédagogique », à l’occasion de la réalisation concrète de projets, d’actions, et d’expérimentations (projets de développement local, projets de création économique, culturels, artistiques), de fabrication (prototypage, design, objets, sites, etc.), de co-constructions d’objets numériques conceptuels, virtuels et matériels (par exemple : valorisation du patrimoine, chemins de randonnées interactifs, coopérations scientifiques, logiciels, prototypes,…). Au-delà de la maîtrise des outils matériels et logiciels et de leurs usages, il s’agit aussi de développer l’aptitude à comprendre et à utiliser le numérique dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels ou collectifs et d’étendre ainsi ses compétences et capacités (littératie). Les citoyens peuvent dès lors acquérir une culture numérique suffisante pour être intéressés par les enjeux citoyens, économiques, culturels, sociaux concernés par les transformations numériques et participer, en conscience, au développement des usages. La médiation numérique doit s’effectuer de manière continue, tout au long de la vie, car elle suppose la prise en considération de la nécessaire adaptation des acquis à l’évolution permanente des technologies numériques.

Il recense, avec des réalités très diverses le nombre d’acteurs de la médiation numérique:

Fourchette basse : 7 093
Fourchette haute : 9 563

Il évoque la mise en oeuvre d’un label:

l’État a souhaité proposer aux acteurs de l’innovation numérique dans les territoires un cadre d’action qui amplifie le déploiement de formes de créativités et d’engagements citoyens, en organisant un nouveau réseau identifié sous un emblème fédérateur. Il propose de créer un label national de qualité pour identifier les lieux de médiation numérique.

Il préconise la mise en place d’un réseau national:

Dans ces conditions, la mise en place d’un véritable réseau national de la médiation numérique doit être étudiée.

Il propose un maillage des territoires

lienPtIl doit en premier lieu comprendre un maillage des territoires en lieux de médiation numérique, suffisamment dense, pour garantir l’accès à ces lieux de tous les citoyens.

Il préconise que l’échelon minimum soit l’intercommunalité

L’implantation d’un lieu de médiation numérique par intercommunalité serait, a minima, le bon échelon d’intervention en privilégiant un lieu fixe de ressources rayonnant sur l’ensemble de l’intercommunalité

Il propose de mettre en place des stratégies de mobilité, de rayonnement et de partenariats avec les acteurs locaux:

grâce à la mobilité des médiateurs, à des relais dans les structures économiques (missions locales, pépinières d’entreprises, incubateurs, maisons de l’emploi), sociales (centres sociaux, maisons de quartiers, PMI, CCAS, foyers de jeunes travailleurs, foyers de migrants, etc.) et culturelles (médiathèques, ludothèques, salles des fêtes, centres de conférences, Maisons des jeunes et de la culture, foyers ruraux, etc.) des communes et des quartiers, grâce également à la mobilité des matériels, des ateliers, des projets et des évènements.

Ce rapport préconise, au-delà du réseau, la constitution d’une fédération nationale:

Le soutien à la création d’une fédération nationale de la médiation numérique pourrait faciliter la mise en œuvre de diverses mesures d’agréments publics.

Il prévoit également qu’une reconnaissance lui soit donnée. Notamment pour stimuler le concours de fonds privés (la RUP permettant que ces contributions bénéficient d’un régime fiscal avantageux pour les acteurs privés):

Cette fédération pourrait en tout premier lieu bénéficier par décret de la Reconnaissance d’Utilité Publique (RUP) afin d’accéder à une reconnaissance spécifique liée à des avantages.

Il prévoit également l’octroi d’agréments pour les lieux de médiations numériques qui en seraient membres:

L’attribution des agréments de formation professionnelle et de formation tout au long de la vie, d’éducation populaire et de l’éducation nationale à la fédération nationale précitée faciliterait, pour les lieux de médiation numérique qui en seraient membres

Il formalise la place et le rôle des Pôles de Ressources Territoriaux:

Le développement et l’adaptation d’une offre de diagnostic et de conseil sur la qualité de la médiation numérique par le redéploiement du réseau des pôles de ressources territoriaux.

Et notamment leurs rôles dans l’ingénierie financière:

Leurs missions seraient de soutenir l’autofinancement et les modèles économiques pérennes des lieux de médiation numérique, et de diffuser l’information sur les sources de financement des collectivités, de la politique de la ville, des fondations, etc

Concernant les médiateurs numériques, le rapport préconise:

  • L’organisation d’une meilleure formation des médiateurs numériques, des élus et des cadres associatifs et des collectivités territoriales.
  • La création d’un référentiel de certification propre à la médiation numérique de niveau Master en formation initiale et de niveau II en formation professionnelle.
  • Une habilitation des médiateurs numériques comme formateurs tout au long de la vie. Les médiateurs numériques sont formateurs et examinateurs pour les certifications informatiques de la Délégation aux Usages de l’Internet (DUI) pour le passage du « Passeport Internet Multimédia » (PIM)
  • La constitution d’une filière métier et la mise en place d’une convention collective de la médiation numérique.

Le rapport prévoit également l’implication des acteurs de l’économie numérique dans la médiation numérique par voie contractuelle, par des accords de coopération « transparents et non-exclusifs »:

En complément de la constitution d’un réseau de la médiation numérique, il pourrait être envisagé de conclure des accords de coopération transparents et non-exclusifs, pour favoriser, dans le cadre d’obligations de moyen, le développement des actions de médiation numérique dans les territoires. Ces accords seraient conclus entre l’État, les acteurs industriels (opérateurs, de communications électroniques, fournisseurs d’accès à Internet, entreprises de réseau tels ERDF, SNCF, La Poste…) et l’ensemble des acteurs publics ou privés volontaires (collectivités territoriales, établissements publics, chambres consulaires, associations d’élus, entreprises de l’économie sociale et solidaire, fédérations d’éducation populaire).

Ce rapport prévoit également la constitution d’un fonds financier:

recherche fnancementLa constitution d’un fonds financier, abondé par des financements d’origines diversifiées (public, privé, population) pourrait contribuer au développement des lieux de médiation numérique.

Mais qui n’a pas vocation à se substituer à l’intervention des financements – notamment publics – mais qui a vocation à les compléter, prioritairement sur les projets mis en oeuvre:

Les financements dégagés contribueraient à préfigurer une économie complémentaire pour la création de projets, avec la participation tripartite par l’État, des partenaires privés (parrains) et un partenaire « population ». La coopération des trois catégories d’acteurs assurant non seulement la faisabilité mais également la contribution des usagers à l’utilisation attendue du projet.

Ne sont présentées ici que les grandes mesures. Mais le rapport en propose de très nombreuses.

Le plus simple est d’aller au-delà de cet article ;-)

Télécharger le rapport intégral rapport_pierre_camani_fabrice_verdier_17102014 (pdf, 5,3 Mo)

Juil 182014
 

assisesnumerique2014

Le Département de la Gironde organise les 16 et 17 octobre prochains les deuxièmes Assises nationales de la médiation numérique.

L’objectif de ces assises est :

  • de prendre en compte les besoins des usagers actuels et potentiels du numérique
  • cartographier les compétences et les attentes des « médiateurs ».

Les travaux se tiendront selon des parcours organisés sur les thèmes suivants :

  • Thème 1 : Les espaces numériques en question
    Des nouveaux lieux? Pour quels accompagnements des usagers ?
  • Théme 2 Les communautés numériques
    Nouvelles pratiques professionnelles, à l’écoute des attentes des usagers.
  • Thème 3 : Les pratiques numériques pour tous
    Innovations numériques facteur d’inclusion
  • Thème 4 : Les citoyens acteurs de leurs usages
    Développer l’appropriation par tous

Le déroulé

Jeudi 16 octobre après-midi

  • Plénière
  • Ateliers
  • Soirée festive au Département

Vendredi 17 octobre

  • Temps d’ateliers et de création animés. Certains ateliers peuvent être délocalisés pour des visites sur sites ou des animations dans des espaces partenaires
  • Déjeuner au Département
  • Restitution à l’amphithéâtre Badinter – Immeuble Gironde

Save the date & Cliquez ici si vous souhaitez vous pré-inscrire aux Assises et ainsi recevoir un courriel lors de l’ouverture officielle des réservations.

Le OFF des Assises le jeudi 16 octobre matin aux Archives départementales

Vous souhaitez partager votre projet favorisant l’accès au numérique, nous vous proposons de le présenter lors du OFF des Assises, le jeudi 16 octobre le matin. Ce moment sera destiné à mettre en lumière des bonnes pratiques sur un format dynamique : 10 projets présentés en 5 minutes chrono ! Ce temps de présentation sera suivi d’un moment d’échange avec les participants.

Vous êtes porteur d’un projet ? Vous connaissez un projet ? Alors déposez votre candidature ! Les 10 candidats retenus seront contactés mi-septembre.

mediation-numerique-ajaccioCet évènement se veut être un prolongement des réflexions amorcées lors des premières assises  qui se déroulées à Ajaccio en septembre 2011. N’hésitez donc pas à (re)prendre connaissance des carnets de la médiation numérique publiés suite aux travaux de 2011 mais toujours d’actualité.

Pour rappel, les Assises Nationales de la Médiation Numérique, ont rassemblé 180 acteurs afin d’ouvrir :

  • un temps de réflexion prospective sur le devenir de l’accès public au numérique,
  • un espace d’échange et de créativité propice à définir, identifier et mettre en perspective la notion de médiation numérique,
  • un champ de rencontres entre l’ensemble des acteurs éducatifs, sociaux, culturels amenés à repenser leurs missions en intégrant la place des médiations numériques.

Téléchargez le livre blanc de la médiation numérique.

L’article original : http://www.gironde.fr/jcms/cgw_69045/2e-assises-nationales-de-la-mediation-numerique

Juil 102014
 

consultation Num2Animateurs / médiateurs, élus, responsables de structure… Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du Numérique a mis en place un dispositif de consultation, au sujet de la médiation numérique …. à vos contributions !

L’objectif de la démarche est de créer un label permettant de mieux valoriser les initiatives des médiateurs numériques, en faciliter la contagion sur d’autres territoires et couvrir l’ensemble des besoins de médiation, afin de garantir à tous les citoyens un accès à un accompagnement, et de mobiliser l’outil numérique dans les politiques d’inclusion. Enfin, selon Axelle LEMAIRE l’objectif n’est pas de se substituer aux acteurs en place mais bien “de leur apporter le plein soutien de l’État et de les accompagner dans la constitution d’un réseau souple répondant aux besoins de tous ceux pour qui le numérique peut constituer un moyen d’émancipation personnelle et d’intégration”

“La présente plateforme a été créée pour recueillir vos réponses sur un ensemble de sujets précis, tout en vous laissant la possibilité de contribuer librement sur le sujet de votre choix.

Pour chaque sujet, vous aurez la possibilité de donner un avis, via des boutons de type « D’accord », « À revoir », de motiver votre avis par des commentaires ou de l’enrichir en formulant des propositions.

Du 9 juillet au 9 octobre 2014, il vous est proposé de vous prononcer sur la définition du label lui-même : à quels enjeux doit-il répondre ? quelles actions peut-il promouvoir ? avec quels outils ?”

Alors rendez-vous sur la Plateforme!

Communiqué de presse-1 image-2

 

Télécharger le communiqué de presse

N’hésitez pas à communiquer cette information autour de vous, auprès de vos responsables et collègues. La participation la plus large possible permettra de garantir la richesse des points de vue.

Juil 032014
 

2014-04-17 14.06.22Comme évoqué dans un article précédent, un EPN de la Région (Epi Le Bocal à Romans sur Isère) et surtout son animateur (Grégory Watremez) a été sélectionné pour représenter la France à Bucarest suite à un concours Européen. Grégory n’ayant malheureusement pas pu s’y rendre étant également reçu à l’écrit d’un concours de la fonction publique territoriale, il devait à ce moment précis passer son oral (qu’il a obtenu soit dit e passant….).

C’est pourquoi, Carole Duguy (BM de Lyon) l’a représenté, (étant elle aussi membre du groupe de travail handicap de la CoRAIA). Voici son retour de ces deux jours à échanger avec des animateurs de Suisse, Espagne, France, Italie et Roumanie sur les usages de médiation numériques vis-à-vis de l’inclusion.

244Elle souligne tout d’abord le super accueil reçu en Roumanie et les moyens qui ont été mis à la disposition du projet. Le programme avait surtout pour but de favoriser les rencontres et échanges entre professionnels européens mais pas forcément de produire des contenus. Elle souligne que des journées comme celles des rencontres CORAIA sont certainement plus productives (Cocorico – NDLR) mais ce n’était pas le but de ce projet européen qui était avant tout de mettre en avant des bonnes pratiques et de susciter des échanges entre animateurs de différents pays en Europe.

Il y avait deux finalistes et deux tuteurs par pays plus les organisateurs roumains de l’association ACDC (rien à voir avec le groupe – NDLR).

189Le jeudi les finalistes participaient à un atelier par petits groupes pour répondre aux quatre questions suivantes :

  • Quels sont les compétences que doit selon-vous posséder un animateur numérique ?
  • Quels sont les enjeux auxquels est confronté un EPN ?
  • Quelles sont les ressources sur lesquelles vous vous appuyez pour assurer la pérennité de votre structure ?
  • Quels sont les ateliers qui ont eu le plus de succès (que nous avons traduit par quelles sont els conditions pour assurer l’efficacité-succès de votre action) ?

Le vendredi les participants ont présenté officiellement leur projet (10 minutes max) en présence notamment de la secrétaire d’état au ministère de la communication et de la société d’information, Diana Voicu. Les responsables de Raise4e-inclusion ont fait un bilan de leur action menée depuis 2012 et présenté le résultat de l’atelier de la veille.

Un recul sur la médiation numérique en Europe

Carole présente le projet de Grégory et la CoRAIA

Carole présente le projet de Grégory et la CoRAIA

Même si au départ Carole a connu quelques frustrations concernant le manque de moment d’échanges directs entre animateurs qui auraient permis de mieux préciser les contours et résultats des projets, il reste intéressant de se rendre compte que quel que soit le pays et le type de structure (associatif, fondation, lieu public …), les animateurs et EPN ont des projets assez proches, idem pour les publics et enjeux, contraintes et approches. Ceci, nous dit elle, permet d’appuyer encore plus auprès de nos décideurs et permet d’échanger nos expériences malgré tout. Enfin, la commission européenne qui finance ce projet prend conscience à travers ce Raise de l’importance de l’e-inclusion et découvre des types de pratiques abouties à encourager.

Autre côté positif : lors de la présentation du projet Gregory Carole a évoqué la CORAIA, ses groupes de travail et notamment le groupe handicap (elle a ainsi pu présenter le site de la CoRAIA ainsi que les modules de e-formation). “Les retours des personnes présentes m’ont fait mesurer le dynamisme de la CORAIA” dit-elle.

Riche en contacts pour la suite

Le sujet de l’accompagnement numérique du handicap (abordé uniquement par le projet de Gregory) a intéressé de nombreux participants, certains contacts souhaitent collaborer avec le groupe handicap et numérique de la CORAIA :

  • La Fondation ESPLAI de Catalogne, basée à Barcelone est très impliquée sur l’e-inclusion et les enjeux d’éducation. Alba Agullo qui codirigeait le projet RAISE pour l’Espagne souhaite échanger avec nous autour de l’accompagnement de jeunes en situation de handicap dont elle a la charge.
  • Le président d’ACDC, Vassile Gafiuc, souhaite développer ce type d’accueil auprès de jeunes ayant subi des traumatismes lié notamment à des séjours dans les institutions sous l’ancien régime politique. La Roumanie œuvre beaucoup dans ce sens comme le prouve les actions de l’association Alternativa.
  • Ioana Crihana, présidente de l’ANBPR (l’Association Nationale des Bibliothèques Publiques en Roumanie, équivalent) était finaliste avec son projet très intéressant de formation pour faire des bibliothécaires des e-facilitateurs auprès du public). Elle souhaite développer l’accompagnement du handicap dans les BM roumaines.

Nous attendons les retours des organisateurs notamment sur le rendu de l’atelier du jeudi, nous le mettrons en ligne dès que possible.

Quid des contenus produits lors du projet RAISE ?

Les animateurs qui ont été suivis par RAISE ont produits et suivis des modules de formation sur Moodle (clic). Agnès (Duvernoy) a participé au module sur l’accompagnement des migrants. Chacun était suivi par un tuteur de son pays et cette démarche nous semble intéressante notamment pour servir de support à notre e-formation CORAIA. Le sujet est : que vont devenir ces modules de formation ? Peut-on y avoir accès ? L’INFREP va voir ce qui peut être exploité ou complété.
Enfin, un livret présentant les projets sélectionnés et introduits par un témoignage “d’expert” dans chaque pays a été édité. Nous attendons l’accord ainsi que la traduction française pour le mettre en ligne.

Juil 012014
 

LogoRAISEL’INFREP (Paris) a en octobre dernier, lancé une formation en ligne destinée aux animateurs multimédia. Celle-ci s’intègre dans un projet européens plus large sur les pratiques d’inclusion numérique Projet Raise4E-inclusion (Raise : Reinforcing the attractiveness, impact and skills of e-facilitators for e-inclusion), elle a été suivie d’un concours lancé dans chaque pays participant au projet (France, Italie, Roumanie, Espagne et Suisse). Celui-ci visait à récompenser les meilleures pratiques d’e-inclusion.

2014-04-17 15.12.48Grégory Watremez (EPN le Bocal – médiathèque Simone de Beauvoir à Romans) a été sélectionné pour représenter la France à Bucarest (deux sélections par pays), sa pratique auprès du public en situation de handicap cognitif, lui a valut cette reconnaissance.

Malheureusement (ou heureusement), il a également été reçu à l’écrit d’un concours de la fonction publique territoriale, l’oral tombant en même temps que les 3 jours à Bucarest. Grégory a donc souhaité valoriser et s’appuyer sur le groupe de travail handicap initié dans le cadre de la CoRAIA. C’est pourquoi, Carole Duguy (BM de Lyon), également impliquée auprès des personnes en situation de handicap et dans le groupe de travail, a eu le plaisir de partir à Bucarest pour représenter la France. (MàJ du 30 juin : Grégory a été reçu à son oral….)

A lire le retour de Carole sur son voyage à Bucarest : http://www.coraia.org/?p=4839

Ce projet, visait également à produire un livret reprenant les meilleures pratiques. Nous le mettrons en ligne dès que la version française sera finalisée, de même qu’un témoignage de Carole sur les 3 jours à Bucarest.

En tous les cas : Bravo Gégory!! et merci pour ton implication à faire reconnaître les pratiques d’E-inclusion et le métier d’animateur multimédia/ médiateur numérique.

ActuGregRAISE

Juin 302014
 

photo verrièreLes 19 et 20 juin, s’est tenue la 11ème rencontre régionale des acteurs de la médiation numérique en Rhône-Alpes, pour la première fois en Savoie (Chambéry).

Afin d’assurer une présence sur chacun des départements de la Région, nous continuons le tour des territoires (voir rencontre de l’Ain en 2013) où la CoRAIA n’a que peu de contacts et où les EPN ne sont pas organisés en réseau comme sur d’autres départements.

Après moult tracas et annulations du fait d’une grève de la SNCF qui perdurait depuis déjà quelques jours, c’est environ 70 personnes qui ont réussi à braver les retards de train et intempéries de la veille, pour nous rejoindre dans le cadre exceptionnel qu’est le centre des Congrès du Manège à Chambéry.
Le flou encore ambiant du contexte général et local “post-électoral” a fait que nous n’avons malheureusement pas pu accueillir cette année nos amis des réseaux voisins (PACA, Grand Dijon…) comme de coutume.
En revanche, nous sommes ravis de la présence active de nombreux participants de la Savoie (Agglomérations, Conseil Général, …). Nous espérons que ce premier contact permettra d’amorcer un travail de mutualisation et d’échanges sur le long terme.

Nous tenons à remercier la municipalité pour la mise à disposition à des conditions très avantageuses de cette magnifique infrastructure ainsi que toute l’équipe pour son accueil chaleureux et son professionnalisme.

Jeudi…

Afin de booster les participants avant ces deux jours intenses, un accueil café a été proposé. Ces moments d’échanges sont toujours appréciés, car la majorité des personnes présentes ne se croise qu’une fois par an. C’est donc vers 10h que nous avons entamé les travaux. Après le mot d’accueil de M. Damien VARON de la municipalité de Chambéry (élu en charge de la vie associative, des technologies innovantes et de la communication), Guy Pastre, animateur de la CoRAIA, a détaillé le programme de ces deux jours.

Photo-2-du-8-mars-_Valerie-Peugeot1Valérie Peugeot, vice-Présidente du Conseil National du Numérique, nous a ensuite brillamment présenté le rapport sur l’e-inclusion.

Accessible, claire et dans le vif du sujet pour les médiateurs numériques, cette présentation n’avait qu’un seul défaut: elle était trop courte! (La présentation a été captée en vidéo, nous la mettrons prochainement en ligne avec le support de présentation).

Charge à chacun désormais de consulter le rapport du Conseil National du Numérique (CNUM) dans son intégralité (y compris l’ensemble des contributions en annexe, qui, comme l’a souligné Valérie Peugeot, sont tout aussi intéressantes que le rapport en lui-même) et de se l’approprier, pour aller “prêcher la bonne parole” sur son territoire.

Après un buffet simple, mais de qualité (bio et local), nous avons repris les travaux par une série d’ateliers.
Cinq thématiques de travail
étaient proposées, nous pouvons estimer qu’elles correspondaient aux attentes des participants dans la mesure où la répartition dans chacun des groupes était relativement homogène. Chacune de ces thématiques avait été imaginée à partir du rapport exposé le matin même, reprenant une préconisation du rapport, pour tenter de la faire avancer, de la prendre en compte, avec nos yeux de médiateurs numérique évidemment!
Les comptes rendus des ateliers seront mis en ligne dès que possible. Il nous faut un peu de temps pour agréger et organiser tant de richesses ;-).

IMG_20140619_175529

Jean-Claude (alias Jean-Cloud pour la version 2.0) et Jessica Labanne de l’EPI LILO en pleine présentation (projet fais pas ci fais pas ça)

Suite à ces ateliers, nous avons, comme c’est la tradition désormais, procédé à un EPNCamp. Celui-ci a permis de découvrir des projets variés, portés par des médiateurs. Nous remercions ceux qui se sont impliqués volontairement dans ce temps d’échanges, même si certains ont regretté de ne pouvoir dans le même temps être en présentation et assister à celles des autres.

Enfin, les plus courageux ont partagés un repas convivial en ville. Nous étions une petite trentaine autour de la table.

Vendredi…

Le deuxième jour, après un accueil café, la journée s’est ouverte par une présentation de Valérie François (Région Rhône-Alpes) qui est venue présenter :

  •  La dynamique autour de l’Espace Pédagogique Numérique Régional et la place des EPN et de CoRAIA
  • Un petit point d’étape à propos du fameux pass’Numérique. Pour l’heure les retours des usagers sont plutôt positifs. Seul bémol: le faible nombre de pass’ effectivement distribués…. Allez les EPN de Rhône-Alpes, constituez vos groupes et montez vos sessions…

Ensuite, nous avons assisté à la présentation “pédagogique” d’Anne Mésségué du SGAR, à propos de l’illettrisme et du travail partenarial qu’il est envisageable de mener entre les centres de ressources illettrisme et les EPN. Elle était accompagnée par des représentantes des Centres ressources illettrismes (au nombre de 7 en Région Rhône-Alpes).
Cette perspective, de travail en collaboration et en complémentarité n’a pas laissé les médiateurs (qu’ils soient en EPN ou en bibliothèque) indifférents.
En prolongement de cette première sensibilisation, il est envisagé de monter une action de formation (ANLCI-Région-CoRAIA) pour les médiateurs numériques et assimilés, nous l’espérons d’ici fin 2014.
D’autre part au même titre qu’existe aujourd’hui un groupe régional “handicap et numérique” il apparaît pertinent d’essayer de lancer prochainement un groupe régional “Illettrisme et numérique” au vu de l’intérêt qu’a suscité cette thématique et accompagner la mise en place du partenariat.

Atelier gestion de projet

Atelier gestion de projet

Enfin, pour terminer ces deux jours “marathon” et après une pause repas bien méritée, les participants se sont de nouveau répartis dans 3 ateliers. Nombre modeste, mais choix cornélien : actions éducatives,  méthodologie de la gestion de projets et retours d’expériences pass’Numérique…. trois thématiques essentielles pour nous au quotidien.
Du témoignage à la confrontation, les échanges ont été riches et prenant puisque les nombreuses personnes restées jusqu’à la fin ont évoqué la nécessité d’une continuité à imaginer qu’elle soit locale ou régionale.

N’oubliez pas de compléter le formulaire de bilan en ligne pour nous faire partager vos retours sur cette édition savoyarde

Conclusion

Le pari immédiat d’organiser une rencontre régionale sur un territoire qui se cherche en terme de dynamique et de réseau semble gagné.

Cette édition a permis un brassage inhabituel de personnes et de structures d’horizons différents. L’intensité des échanges a prouvé l’appétence du moment des acteurs chambériens (et savoyards) à vouloir faire fructifier localement la dynamique lancée par la rencontre.

Ainsi, il a été proposé de faire fin septembre une rencontre de bilan/perspective pour réunir les acteurs locaux présents pendant ces 2 jours pour faciliter et soutenir une dynamique que nous souhaitons en devenir.

Dans cette continuité nous remercions :

  • Serge Meunier pour la vidéo qu’il a réalisé durant ces 2 jours de rencontre.

  • Tvnet Citoyenne qui, malgré le constat réciproque d’un rendez-vous raté avec les médias citoyens locaux, est venu faire un reportage sur la journée du vendredi.

Rendez-vous est donc donné au plus tard l’année prochaine la 12 ème édition qui continuera son itinérance régionale (les propositions sont les bienvenues)

Toutes les ressources et supports concernant ces 2 jours, seront mis en ligne au fur et à mesure sur la page ressources, n’hésitez pas à  vous approprier les contenus de cette 11ème rencontre.

 

 

 

Juin 302014
 

2014-06-19 23.12.47Cet article est destiné à capitaliser les ressources et autres Comptes-rendus d’ateliers diffusés ou rédigés lors de la 11ème rencontre de CoRAIA à Chambéry (Savoie).

(Il est un complément à l’article général de retour sur la rencontre 2014  : http://www.coraia.org/?p=4736)

N’hésitez pas à la consulter régulièrement, elle sera en effet, mise à jour au fur et à mesure de l’avancé des travaux et de la récupération des supports diffusés.

Rappel : N’oubliez pas de compléter le formulaire de bilan en ligne pour nous faire partager vos retours sur cette édition savoyarde

Contributions et supports multi-médias

Vidéos

 Ecrits

Les notes de Bénédicte Maache-Croutelle prises lors de sa participation à la journée de jeudi.

Jeudi 19 juin

Enregistrement audio intégral de la matinée, vous y trouverez :

  • à 4mn : L’intervention de Damien Varon (élu de Chambéry)
  • à 5mn 45s : Intervention d’Isabelle Vanhese (Chambéry agglo)
  • à 11mn 30s : La conférence de Valérie Peugeot

Lien vers le téléchargement du fichier : 19.06.MP3 (108 mo)

 

Le support de présentation de Valérie Peugeot

 

Les Ateliers

Les supports du BarCamp

  • Fais pas ci fais pas ça : un projet de l’EPI LILO

Vendredi 20 juin

Il s’agit de l’enregistrement intégral de la matinée, vous y trouverez :

  • début à 19mn : Actualité CoRAIA
  • 19mn à 48mn 30s : Présentation de Valérie François (point Pass Numérique)
  • à partir de 48mn 45s : Intervention de Anne Mességué (Illettrisme)

Lien pour le téléchargement du fichier : 20.06.MP3 (180 mo)

Temps d’actualité

Les supports de présentation de Anne MESSÉGUÉ “Illettrisme et EPN”

Présentation du site PARLERA (Portail des Actions et Ressources Linguistiques En Rhône-Alpes)

Le support de présentation de Valérie François concernant le pass’Numérique

Ateliers

Mai 142014
 

PassNum-dispositifDans le cadre de la fête de l’Internet, la médiathèque Simone de Beauvoir (EPI le Bocal) à Romans, a constitué un groupe (bénévoles de l’association « lire et faire lire ») et dispensé les 4 modules thématiques du Pass’Numérique de la Région Rhône-Alpes en une semaine dans le cadre de la semaine de la Fête de l’internet 2014.
Les modules étaient également ouverts aux adhérents de la médiathèque qui pouvaient suivre les « conférences » suivant leurs centres d’intérêts.

Garlann Nizon coordinatrice du réseau26-07 a assisté à l’ensemble des modules afin d’observer le groupe et pouvoir faire un retour d’expérience de cette première vague sur son territoire. Nous la remercions pour cet article détaillée et riche qui porte à la fois sur la démarche pédagogique et qui capitalise les ressources utilisées.

A savoir que pour ce galop d’essai Grégory, l’animateur de l’EPN avait mobilisé les réseaux pour que les 4 thématiques soient traitées par 4 intervenants différents, afin d’essayer de dynamiser cette session assez condensée dans le temps.

Pour en savoir plus :

 

Avr 152014
 

CCHTLa communauté de communes Hermitage Tournonais (07-26) recrute un animateur informatique pour son EPN situé à Saint Jean de Muzols.

Ce contrat de 6 mois renouvelable est basé sur 21 heures de travail hebdomadaire.

Candidature (lettre de motivation et CV) avant le 1er mai 2014 à adresser à :

a.francavilla(at)ccht.fr

ou par courrier :

Monsieur le Président Hermitage Tournonais Communauté de Communes

30 Allée du millésime – 26600 Mercurol

Download (PDF, 20B)

Déc 202013
 
F Pellerin à Bercy - Annonce du dispositif 2000 emplois d'avenir en EPN

F Pellerin à Bercy – Annonce du dispositif 2000 emplois d’avenir en EPN

Le dispositif “2 000 emplois d’avenir en EPN” a été annoncé en février dernier à Bercy et le premier comité de pilotage s’est tenu le 4 novembre en présence de Mme Fleur Pellerin

Pour accompagner le développement de ce dispositif et faciliter les recrutements, la DUI (Délégation aux Usages de l’Internet) a souhaité mettre en place des Pôles ressources Inter-régionaux. Ceux-ci, au nombre de 5, couvrent les territoires découpés selon l’indicatif téléphonique.
Ainsi Pour le Sud-Est et la Corse, c’est l’association ARSENIC (en charge de l’animation des ERIC – EPN de PACA), qui a été officiellement nommée pôle ressource.

Afin d’assurer une représentativité et une proximité en Rhône-Alpes une convention nous lie à ARSENIC pour l’animation du Pôle Inter-régional. Aussi, nous nous engageons à leur côté pour présenter le dispositif et accompagner les démarches des structures intéressées.
Compte tenu de la spécificité de notre territoire, la contribution de CoRAIA est un travail sur la formation et l’accompagnement des jeunes recrutés et/ou leurs tuteurs. C’est à ce titre et sur cette thématique qu’une rencontre est prévue avec la Région, notamment la DEFC (Direction Emploi et Formation Continue), le 22 janvier 2014.

Certains territoires comme la Loire, se sont approprié le dispositif et ont commencé à travailler sur ce sujet. Ainsi la Direccte, la Direction de la Cohésion Sociale de la Loire, le Conseil Général,les-emplois-d-avenir.png le Pôle Emploi, les Missions Locales, et Cap Emploi se sont mis en ordre de marche. Dans le but de faire un premier diagnostic, un questionnaire a été adressé à l’ensemble des EPN ligériens.

Pour étendre ce premier diagnostic au niveau du territoire régional, la DDCS de la Loire a bien voulu partager son formulaire afin que nous puissions l’adapter et le diffuser plus largement.
Ainsi les informations recueillies nous permettront de travailler sur l’élaboration d’un dispositif de formation avec les partenaires que sont la Région et les OPCA concernés. C’est le sens de la première réunion prévue avec la région le 22 janvier 2014

Aussi, que vous ayez déjà recruté un emploi d’avenir, que vous en ayez l’intention ou que vous souhaitiez simplement obtenir quelques informations, nous vous serions très reconnaissant de bien vouloir prendre quelques instants pour répondre à ce questionnaire et si possible avant le 14 janvier 2014.

Merci par avance pour les informations utiles et les repères concrets que vous allez nous transmettre.

 Pour accéder au formulaire : https://docs.google.com/forms/d/1RlIATz0TqYPAeMcekyzwxP6kULsfWL1CAXtO6AcLIbw/viewform

Pour en savoir plus sur le dispositif : Consulter notre article ou le site de NetPublic

 

Déc 162013
 

Le poste est disponible à partir du 14 janvier 2014

Responsabilité de l’espace multimédia :

  • Proposition d’une offre de consultation internet libre de qualité.

  • Développement des projets d’ateliers de formation informatique.

  • En transversalité avec tous les services des médiathèques et plus particulièrement avec ceux de la Maison du livre, développement des projets d’action culturelle autour de l’informatique et du multimédia.

  • Gestion des plannings liés à ces projets.

  • Recherche de partenariats.

  • Acquisition et gestion des ressources documentaires mises à disposition des usagers.

  • Recensement des besoins et gestion des budgets alloués.

  • Bilan des activités du service.

Participation au service public à l’espace multimédia :

  • Mise à disposition des sessions informatiques, accueil, renseignement et surveillance des usagers dans l’utilisation des ressources mises à leur disposition.

  • Animation d’ateliers de formation et/ou d’action culturelle.

  • Veille sur les nouvelles technologies.

  • Contribution au site internet des médiathèques.

Activités secondaires :

  • Suppléance en cas d’absence d’agents prévus à la banque d’Accueil : accueil physique et téléphonique, orientation, inscriptions, surveillance.

Contact :

Marianne BRIAULT au 04 78 68 04 04 – marianne.briault@mairie-villeurbanne.fr

 

Pour plus de détails : télécharger la fiche de poste complète (pdf)